Modern technology gives us many things.

Valérie Trierweiler revient sur sa revanche sans frontières contre Hollande

Valérie Trierweiler, l’ex-compagne de François Hollande, a entamé la tournée promotionnelle de son best-seller avec des interviews dans des médias étrangers, dont la BBC, dans lesquelles elle revient sur sa relation avec le président françaisCliquez pour voir en grand

Sur la publication des photos par Closer : « Je n’ai pas vu les photos tout de suite parce que je ne voulais pas les voir. J’ai pris queloques somnifères, qui n’étaient pas du tout une tentative de suicide, qui étaient simplement une tentative de sommeil pour ne pas voir ces photos, pour ne pas avoir conscience de cette réalité là. »

Sur la liaison de Hollande avec Julie Gayet : « Il y avait des rumeurs. Je n’ai aps voulou croire à ces rumeurs car François Hollande les démentaient (…) je ne voulais pas savoir. »

Sur la sortie du livre : « ce n’est pas une vengeance, ce n’est pas une revanche, ce n’est pas pour le détruire, c’est pour me reconstuire, moi c’était ça ce qu’il me fallait faire ».

Sur l’impopularité record du président : « ce n’est pas ça le problème, qu’un président soit populaire ou pas. Le problème ce sont les résultats qui n’arrivent pas et que les Français attendent. François Hollande s’est engagé sur des réformes et des résultats, notamment dans la lutte contre le chômage. Il avait assuré que la courbe baisserait, ça n’est pas le cas. Autour du moi, j’ai beaucoup de gens au chômage, qui ne l’étaient pas avant. Beacuoup de gens dans la difficulté, qui ne l’étaient pas avant ».
En parallèle, l’ex première dame s’est aussi confié au Times magazine. Six pages dans lesquelles elle raconte se sentir espionnée par l’Elysée et le président.
Demain soir vers 22h, Valerie Trierweiler accordera une autre interview à la chaine BBC 2, qui s’annonce encore plus explosive. Elle y affirmerait détenir la preuve que François Hollande utilisait bien l’expression « sans-dents » pour parler des plus démunis, une expression qui avait particulièrement choqué l’opinion.

Le 25 novembre prochain, « Merci pour ce moment » sort en anglais avec ce sous-titre: « une histoire d’amour, de pouvoir et de trahison ».
Le best-seller de Valérie Trierweiler « Merci pour ce moment » devrait rapporter « autour de » 1,3 à 1,7 million d’euros à l’ex-Première dame. Pour le moment, elle n’a touché aucune avance. Ses premiers gains seront versés dans un an.

Les commentaires sont fermés.