Modern technology gives us many things.

Un journaliste brutalisé par le garde de corps de Pascal Affi N’guessan

Un journaliste ivoirien a été brutalisé, vendredi soir, à Bongouanou au Centre-Est du pays par le garde de corps du Président Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’guessan (photo).
Fabrice Tété, envoyé spécial du quotidien Le Temps (proche de l’opposition ivoirienne) à la 14è édition de la journée de la liberté célébrée de vendredi à samedi à Bongouanou, a été brutalisé et molesté par le garde de corps de M. Affi N’guessan.

Habillé en civil et tenant une arme en main, ce garde de corps du président du FPI s’en est pris au journaliste, lorsque ce dernier a voulu rentrer dans la résidence de M. Affi où étaient déjà d’autres journalistes.

En dépit des égratignures à la tête et au pied, Fabrice Tété, pourtant proche du FPI, a eu la vie sauve grâce aux militants présents au moment de l’incident, rapportent plusieurs sources. Le monde entier a célébré, samedi, la 21è journée mondiale de la liberté de la presse.

En Côte d’Ivoire, cette journée instituée le 20 décembre1993 par l’Organisation des Nation Unies pour la science, l’éducation et la culture (UNESCO), a été marquée , par une conférence inaugurale, une conférence débat sur la convention collective, et une procession de plus de 3 km à laquelle ont pris part de nombreux journalistes avec à leur tête, Mme Affoussiata Bamba-Lamine, la ministre de la communication et porte-parole adjointe du gouvernement.

Le FPI s’est « déporté » de vendredi à samedi à Bongouanou, le village natal de son président Pascal Affi N’guessan pour célébrer la 14è édition de la fête de la liberté autour du thème: « reconquérir les libertés démocratiques en Côte d’Ivoire après le 11 avril 2011 ».

 

Les commentaires sont fermés.