Modern technology gives us many things.

«Tous les marabouts nous disent que celui qui a enlevé notre bébé de 14 mois veut le sacrifier»

C’est une histoire à fourguer la peur à n’importe quel chef de famille. Agé juste de 14 mois, le petit M.S. a été enlevé devant chez lui à Thiaroye Azur. Et selon son père, tous les marabouts consultés parlent d’enlèvement pour les besoins d’un sacrifice humain. Bouleversant !

Les mains tremblotantes, il sert à s’écraser les doigts deux photos et une enveloppe. Sur les clichés, un petit garçon tout mignon, le sourire craquant. «C’est mon fils», dit le père, la voix d’enterrement. Depuis 4 jours, Mohamed Sène a la mine d’outre-tombe. Le regard noir et lacrymal, il a le propos désespéré. Son mal, l’enlèvement du petit M.S, son fils de 14 mois. «Sa maman est abattue et passe tout le temps à pleurer», minaude-t-il.

Vendredi dernier, jour de la disparition de M.S, sa maman, qui s’occupait des travaux de la maison familiale sise à Thiaroye Azur (banlieue dakaroise) en face de la mer, a laissé son petit trésor jouer avec les autres enfants du quartier. Mais, une personne (homme ou femme ?) s’est jointe à eux, selon les témoignages des autres enfants. Elle aurait, vers 14 heures, alors que les fidèles musulmans effectuaient la prière, emmené M.S avec elle. Sa maman qui a constaté un peu plus tard l’absence de son fils, ainsi qubébé enlevée tous les membres de la famille, a cherché partout son bout de chou. En vain ! «Depuis 4 jours, on le recherche. On a sillonné tous les quartiers, les coins et les recoins. La seule information qu’on a eue vient d’une dame qui dit avoir vu un homme de teint clair porter un enfant. Il dit l’avoir vu acheter deux sachets de lait caillé pour l’enfant et reprendre son chemin», raconte le père, la mort dans l’âme. (Photo du bébé enlevé)

Mais si la famille de M.S désespère de revoir son angelot, c’est que tous les voyants consultés ont vu le pire. «Tous les marabouts consultés, de Fouta à Ziguinchor, en passant par Dakar et autres, nous disent la même chose : celui qui a notre bébé veut le sacrifier.» Priant toute personne qui aurait vu  son fils de s’en ouvrir au poste de police ou de gendarmerie le plus proche, le papa confie sa peur : «La nuit, on ne dort pas, car on se dit que c’est la nuit qu’il peut lui faire ce dont il veut. Mon bébé ne peut même pas marcher et c’est la nuit que tout peut arriver.» A celui qui garde son fils, le papa menace : «Les grands-parents de mon fils sont de la Casamance, ils disent qu’ils n’attendent qu’un feu vert pour agir. Et si celui ou celle qui a mon fils ne le ramène pas, il peut s’attendre au pire. Il peut même perdre la vie. On ne veut pas en arriver là. Tout ce que l’on veut, c’est récupérer notre fils. On lui donne 24 heures pour nous le rendre sinon, on sera obligé de les laisser agir.» A bon entendeur…

L’Obs

1 commentaire
  1. Xeme dit

    Dure à lire.
    Sur ce sujet, il est vraiment temps que quelque chose soit fait au Sénégal.

Les commentaires sont fermés.