Modern technology gives us many things.

Ségo­lène Royal irri­tée par Emma­nuel Macron : il n’a pas été réglo avec elle

Ségo­lène Royal a confié qu’elle s’at­ten­dait à être choi­sie par Emma­nuel Macron pour inté­grer son nouveau gouver­ne­ment, mais le nouveau président de la Répu­blique a préféré conti­nuer sans elle.

L’Ély­sée et Mati­gnon ont dévoilé la semaine dernière la compo­si­tion du nouveau gouver­ne­ment. Parmi les ministres en poste, seuls deux figu­raient déjà dans le gouver­ne­ment précé­dent, et il s’agit de Jean-Yves le Drian – passé de la Défense aux Affaires étran­gères – et d’An­nick Girar­din qui a troqué le maroquin de la Fonc­tion publique pour celui des Outre-mer. D’après les révé­la­tions qu’elle a faites à Paris Match, Ségo­lène Royal espé­rait être la troi­sième personne dans cette situa­tion. L’ex-ministre de l’Éco­lo­gie a vu Nico­las Hulot lui succé­der, mais celle à qui l’on donne des travers de « prin­cesse » aurait bien aimé conti­nuer à exer­cer plus longue­ment des respon­sa­bi­li­tés minis­té­rielles.

C’est en tout cas ce qu’elle a fait comprendre à Emma­nuel Macron. Ségo­lène Royal lui a précisé qu’elle aurait aimé pour­suivre le travail accom­pli au sein de son minis­tère. Elle se sentait aussi les épaules pour être à la tête du Quai d’Or­say, occupé aupa­ra­vant par Jean-Marc Ayrault. Mais le président et son Premier ministre ont préféré se passer de ses services. Aujourd’­hui, elle en veut au chef de l’État : « Je lui avais pour­tant demandé de me préve­nir si je ne restais pas au gouver­ne­ment, a-t-elle déploré. Que je puisse aler­ter mes proches. C’est suffi­sam­ment dur. Il ne l’a fait qu’au dernier moment… »

Voici

Les commentaires sont fermés.