Invité dans l’émis­sion de Thierry Ardis­son, le chan­teur Seal a répondu à toutes les ques­tions de l’homme en noir, y compris celle concer­nant les cica­trices qu’il a au visage.

Se rendre comme invité sur le plateau de Salut les Terriens, c’est accep­ter le fait que Thierry Ardis­son ne s’in­ter­dira aucune ques­tion. Un côté Cash inves­ti­ga­tion qui n’a pas effrayé Seal, qui s’est prêté avec élégance à cette expé­rience samedi soir dernier. Le chan­teur de 54 ans s’est ainsi vu deman­der par l’époux d’Au­drey Crespo-Mara quelle est l’ori­gine des impres­sion­nantes cica­trices qu’il a au visage.

Une ques­tion très person­nelle, mais que « tout le monde » se pose selon lui, et à laquelle l’ar­tiste a répondu sans détours : « Vous savez il y a un vieux proverbe qui dit que les cica­trices sont comme des tatouages mais avec des histoires plus inté­res­santes. Donc, les miennes proviennent d’une mala­die, qui s’ap­pelle le lupus. C’est un lupus discoïde que j’ai contracté quand j’avais 23 ans ». Une mala­die dont l’un des symp­tômes est notam­ment de trans­for­mer la peau (prin­ci­pa­le­ment celle du visage) en tissu cica­tri­ciel.

Une patho­lo­gie qui a profon­dé­ment trans­formé la physio­no­mie de Seal, mais qu’il a fini par tota­le­ment accep­ter. Il s’est ainsi souvenu d’une anec­dote, qui s’était produite quelques années après la mala­die, alors qu’il venait de sortir son premier tube. Une femme croi­sée dans la rue l’avait reconnu juste­ment grâce à ses cica­trices : « Quelque chose qui au début était diffi­cile pour moi au départ, est devenu ma signa­ture », a-t-il conclu.

Voici

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here