Modern technology gives us many things.

Roman Polanski, vers la fin des pour­suites judi­ciaires ? Comment sa famille l’a soutenu

Ce vendredi 9 juin, Saman­tha Geimer qui accu­sait Roman Polanski de l’avoir violée lorsqu’elle avait 13 ans, compa­raît devant la justice pour deman­der la clôture de l’af­faire. La fin d’une longue story judi­ciaire pour le réali­sa­teur de 83 ans ?

Dans la tour­mente, il a toujours pu comp­ter sur les siens. Sa femme Emma­nuelle Seigner, ses deux enfants, Morgane (24 ans) et Elvis (19 ans) ont toujours été auprès de Roman Polanski dans les rebon­dis­se­ments de l’af­faire qui le pour­suit depuis 1977.

Pour tous, la compa­ru­tion de sa victime, Saman­tha Geimer, aujourd’­hui âgée de 54 ans, pour deman­der au tribu­nal de clore l’af­faire, devrait être un énorme soula­ge­ment.

L’Amé­ri­caine avait à plusieurs reprises réclamé l’aban­don des pour­suites, fati­guée de porter cette affaire. En vain. C’est la première fois qu’elle passe en justice dans ce même but, et elle utili­sera les argu­ments de l’avo­cat de Roman Polanski, qui estime que son client a purgé sa peine.

Accusé de “rela­tions sexuelles illé­gales” sur une mineure de 13 ans, Roman Polanski avait été empri­sonné 48 jours et trouvé un accord juri­dique avec la famille de sa victime. Mais en 2010, il a été arrêté à Zürich, sous mandat améri­cain, empri­sonné pendant deux mois, puis assi­gné à rési­dence dans son chalet de Gstaadt. Pendant tout ce temps, sa famille était avec lui. Soudée.

 En ce début d’an­née, à nouveau, alors que Roman Polanski renonçait à être président des César après une levée de boucliers d’as­so­cia­tions fémi­nistes, Emma­nuelle Seigner avait mani­festé son soutien sur les réseaux sociaux. Tout comme sa fille, Morgane, qui s’était fendue d’une lettre d’amour à son père qui a suscité beau­coup d’émo­tion.

“Au père le plus génial qu’une fille puisse souhai­ter, qui mieux que ta propre fille pour être le témoin du merveilleux homme que tu es, écrit Morgane Polanski. Seuls ceux qui ne savent pas et ne se sont pas rensei­gnés sur ce dont ils parlent auront des mauvais mots à ton égard. Pour nous, privi­lé­giés de t’avoir dans nos vies, nous te soutien­drons toujours. Je ne dis pas cela parce que tu es mon papa : tu es l’être humain le plus fantas­tique que j’aie pu rencon­trer. Une inspi­ra­tion, un modèle et un exemple pour nous tous. Si un jour, je pouvais être ne serait-ce que la moitié de l’être humain que tu es, cela me serait suffi­sant. J’aime­rais que les gens puissent te voir comme moi je te vois, mais la plupart des gens ne méri­te­raient proba­ble­ment pas de te connaître.” Et de conclure : « Merci de m’inspi­rer chaque jour, m’apprendre la morale et les valeurs que j’ai aujourd’hui. Je te le dois à toi, ainsi qu’à maman. Je t’aime à l’infini, ta Morgie. »

Comme si la justice avait entendu ce témoi­gnage de Morgane, l’ac­tion de la victime de son père Roman Polanski, devrait selon son avocat “beau­coup l’ai­der”.

Gala

Les commentaires sont fermés.