George

Ce dimanche s’étei­gnait le réali­sa­teur améri­cain George A. Romero à l’âge de 77 ans. Il a révo­lu­tionné le genre des films d’épou­vante dans les années 1960.

Triste nouvelle pour tous les fans du 7ème art. George Andrew Romero, le père des films de zombies, a rendu son dernier souffle à Toronto ce dimanche 16 juillet entouré de sa femme Suzanne Desro­cher et de sa fille Tina (le couple a égale­ment deux fils : Andrew et Came­ron). Il écou­tait alors la bande origi­nale de L’homme tranquille, un de ses films préfé­rés. « Il est mort en paix dans son sommeil, après un combat bref mais déter­miné contre un cancer du poumon, lais­sant derrière lui une famille aimante, beau­coup d’amis et un héri­tage ciné­ma­to­gra­phique qui a persisté et conti­nuera de persis­ter, à l’épreuve du temps », a annoncé dans un commu­niqué Chris Roe, son mana­ger.

George A. Romero est né le 4 février 1940 dans le Bronx, à New York. Il est devenu célèbre grâce à son film La nuit des morts-vivants qui a révo­lu­tionné le genre des films d’hor­reur. Sorti en 1968, le long-métrage en noir et blanc a coûté 100 000 dollars et rapporté 30 millions de dollars dans le monde. Pour le premier rôle, le réali­sa­teur avait choisi Duane Jones, un acteur afro-améri­cain. Un véri­table enga­ge­ment, alors que les Etats-Unis étaient secoués par les tensions raciales, qui a été loué sur les réseaux sociaux à l’an­nonce de sa mort.

 

Reconnu comme une œuvre incon­tour­nable depuis 1999, La nuit des morts-vivants dépeint l’his­toire d’une ferme isolée enva­hie par des personnes surgies de leurs tombes. Une incroyable success story qui a lancé la mode des films de zombies. Dans le même style, le cinéaste améri­cain a réalisé Zombie, en 1978, Le jour des morts-vivants, en 1985, Chro­nique des morts-vivants, en 2008 et Le vestige des morts-vivants, en 2009.

 

Il ne s’est pour autant pas limité à cet unique genre. Avec Martin (1977), Knigh­triers (1981) ou encore Creep­show (1982), George A. Romero a prouvé qu’il avait plusieurs cordes à son arc et qu’il pouvait excel­ler en dehors de la case qui l’a fait connaître. Le réali­sa­teur n’a pas hésité non plus à abor­der les problèmes de société : course aux arme­ments ou guerre du Viet­nam, aucun sujet qui fâche n’a été évité dans ses films.

 

Stephen King, maître des romans d’épou­vante ainsi que John Carpen­ter et Eli Roth, réali­sa­teurs améri­cains à succès, et Guillermo del Toro, cinéaste mexi­cain reconnu, ont exprimé leur chagrin sur Twit­ter.

Stephen King: « Triste d’entendre que mon colla­bo­ra­teur préfé­ré—et très bon ami—George Romero est mort. George, personne ne pourra jamais te rempla­cer. »

John Carpen­ter: « George Romero était un excellent réali­sa­teur, le père des films d’horreur modernes. C’était mon ami et il va me manquer. Repose en paix, George »

Eli Roth: « Je viens d’apprendre la nouvelle à propos de George Romero, Diffi­cile de quan­ti­fier combien il m’a inspiré et ce qu’il a apporté au cinéma. Condo­léances à sa famille. »

Guillermo del Toro: « George est parti. L’un des meilleurs. Créa­teur du mythe des Zombies morts-vivants canni­bales et très cher ami… »

Voici

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here