Modern technology gives us many things.

Michel Polnareff s’explique pour la première fois depuis son hospitalisation

C’est avec émotion que la star de 72 ans s’est confiée à nos confrères de Paris Match. Une interview sans langue de bois qui revient sur la tourmente dans laquelle il a été pris.

Pour bien comprendre les faits qui lui sont reprochés, il faut revenir quelques temps en arrière. Jusqu’au 3 décembre plus précisément. Ce jour-là, Polnareff annule deux concerts et se fait hospitaliser. Il souffre d’une embolie pulmonaire.

Du moins, ça, c’est la version officielle. Car son producteur, Gilbert Coullier, ne semble pas convaincu par cette histoire. Pour lui, le chanteur a simulé une maladie pour ne pas avoir à assurer ses obligations. Il n’en a pas fallu plus pour créer une grande polémique et plonger la star dans la tourmente.

“C’est un producteur imaginaire”
Mais dans une interview accordée à Paris Match, Polnareff persiste et signe. “C’est un miracle que je sois aujourd’hui en vie”, s’insurge-t-il. “Je le dois au docteur Siou. Je trouve invraisemblable qu’on ose remettre en cause l’intégrité d’un homme qui m’a sauvé la vie. Pour que tout le monde soit content, il aurait été préférable que je meure? C’est franchement dégoûtant…”

Pour l’interprète de La poupée qui fait non, le véritable escroc, ce n’est pas lui, mais bien son producteur, qu’il qualifie même de producteur imaginaire. “Quand il eu vent de l’annulation, il m’a envoyé un huissier… C’est bien connu, non? Quand quelqu’un est malade, on lui envoie un huissier plutôt qu’un médecin”, s’exclamait-il avant de rajouter que Gilbert Coullier “n’avait même pas souscrit d’assurance pour (ses) spectacles”.

On l’a bien compris, les deux parties se renvoient la balle. Mais pas de quoi déprimer le chanteur qui conclura son discours par un “Le grand miracle, c’est que l’on puisse parler de tout cela aujourd’hui. Cela veut dire que j’ai vraiment une bonne étoile et que je ne serai pas comme Molière, à mourir sur scène”.

7sur7

Les commentaires sont fermés.