Modern technology gives us many things.

Mariage de Meghan et Harry: Les 3 griefs de la reine qui pouvaient tout capoter

Le 19 Mai dernier, Meghan Markle et le prince Harry se sont dit « oui » pour la vie. C’était au cours du mariage religieux dans la chapelle Saint-George du château de Wind­sor. Alors que Doria Ragland la maman de Meghan ne cachait pas son émotion et son immense joie, la Reine Elisabeth par contre semblait un tout petit peu gênée par cette union  même si elle a finalement donné son accord.

Mais quelles pouvaient être les raisons qui auraient amené la reine Elisabeth II à avoir du mal à donner son accord pour le mariage de Meghan Markle et le prince Harry? Il y a au moins trois raisons:

D’abord Meghan Markle est issue d’une mère noire. A cet effet, la famille royale court le risque d’avoir une descendance noire à partir du prince Harry et sa femme Meghan. Ce qui n’est pas vu d’un bon œil.

Ensuite la duchesse Meghan est l’aînée du Prince Harry. Ce qui a semblé être une autre pilule difficile à avaler pour la Reine Elisabeth II.

Enfin, le passé professionnel de Meghan aurait été évoqué. La reine Elisabeth n’aurait pas apprécié positivement le passé de Meghan Markle comme actrice au cinéma. Surtout avec certains rôles qu’elle avait joué et qui étaient contraires aux valeurs morales que prônent la famille royale.

Mais pour d’autres observateurs, la Reine Elisabeth II a beaucoup modernisé les choses et elle se montre de moins en moins conservatrice et de plus en plus ouverte.

A la question de savoir si la reine Elisabeth II a-t-elle aimé le mariage du couple ? Adelaïde De Cler­mont-Tonnerre, la direc­trice de la rédac­tion de Point de vue sur le plateau de C à vous répondait « De toutes façons ça ne se serait jamais fait sans sa vali­da­tion »  avant d’ajouter :« Elle n’a évidem­ment pas été surprise, tout a été préparé, verrouillé, avalisé et ça montre encore une fois à quel point cette reine, contrai­re­ment à la répu­ta­tion qu’on veut bien lui faire, est ouverte d’esprit en tant que cheffe de l’Eglise angli­cane (…) d’accep­ter un prêche aussi fou, qui a remué à ce point les choses, je trouve que c’est abso­lu­ment formi­dable. Je trouve que c’est un immense élan d’espoir, et il y a eu quelque chose qui ressem­blait à l’élec­tion de Barack Obama. »

 

 

Les commentaires sont fermés.