Modern technology gives us many things.

L’univers étrange des maisons abandonnées espagnoles

0

Le projet « Sand Castles (part II) » du photographe espagnol Markel Redondo, co-lauréat du DJI Drone Photography Award lancé en 2017, est exposé jusqu’à ce mercredi 18 avril au laboratoire theprintspace, à Londres. Il offre une nouvelle perspective, aérienne et plus étendue, sur les quelque 3,4 millions de maisons à l’abandon que compte l’Espagne.

Prolongeant un premier projet sur ces échecs de l’urbanisation, Markel Redondo est retourné sur certains sites déjà visités, mais cette fois équipé d’un drone. S’aventurant aussi dans de nouveaux endroits à travers l’Espagne, le photographe a cette fois immortalisé au total douze lotissements abandonnés, dans les provinces d’Almeria et d’Alicante, ou en région de Murcie, entre autres.

Des airs d’apocalypse
Ces maisons, bâties jadis par des promoteurs prompts à exploiter prêts avantageux et mesures favorables, ont fait les frais de la crise économique et de l’éclatement de la bulle immobilière. Elles gâchent désormais le paysage. « Il y a vraiment un sentiment apocalyptique, c’est comme si vous étiez le dernier homme sur Terre », commente Markel Redondo, cité par le British Journal of Photography. « Les sites sont complètement déserts et les lieux sont difficiles d’accès, donc, à moins d’être déterminé à y aller, la plupart des gens ne les voient jamais. Beaucoup de matériel de construction, des pièces électriques, des plaques d’égout et du cuivre ont été volés », relate-t-il.

Absurde mais récurrent
« Nous vivons dans une société avec d’énormes problèmes de logement, beaucoup ne peuvent pas se payer un endroit pour vivre, pourtant l’Espagne a trois millions de maisons vides », relève le photographe, intrigué par l’absurdité de la situation. « Il est important de comprendre que ce n’est pas un problème isolé; c’est quelque chose qui a eu lieu systématiquement à travers l’Espagne. Nous devons nous demander pourquoi ça se produit encore et comment nous allons résoudre le problème », prolonge Markel Redondo, espérant que son projet puisse rappeler que ces endroits n’ont pas disparu.

7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.