Modern technology gives us many things.

L’histoire de l’une des plus célèbres vidéos d’internet

“Bad day”, ou la colère d’un employé ordinaire contre la machine. Une séquence culte aux coulisses pourtant méconnues…

Détournée un nombre incalculable de fois, “Bad day” fait partie des véritables “classiques” de l’histoire du Web. Partagée à la fin du siècle dernier par e-mail, la crise de nerfs de ce modeste employé de bureau, enfermé dans son “box”, a pourtant connu un succès fulgurant, et ce malgré l’absence de plateforme appropriée. Et pour cause: en 1997, YouTube n’existait pas, internet n’en était encore qu’à ses balbutiements et la connexion 56k en limitait sérieusement l’usage.

Genèse de l’oeuvre
Le site Wired
 s’est penché récemment sur la genèse de cette “oeuvre”, moins authentique qu’elle n’y paraît mais au destin néanmoins extraordinaire. Car, si tout laisse penser qu’il s’agit d’images issues d’une caméra de surveillance de l’entreprise, elle n’en demeure pas moins une habile mise en scène réalisée par un dénommé Vinny Licciardi.

Ambition publicitaire
À la fin des années 1990, Vinny travaille chez Loronix, une société du Colorado spécialisée dans les magnétoscopes et le matériel de vidéosurveillance. Avec son patron, ils imaginent un jour un scénario susceptible de leur assurer un peu de publicité, à moindre coût. Ils tournent le spot, se bidonnent, convertissent l’enregistrement en MPEG-1, l’envoient à la clientèle et passent rapidement à autre chose.

Succès inattendu
Vinny quitte l’entreprise mais, un jour, par hasard, réentend parler de son “délire” quelques temps plus tard: “Dans l’avion, je discute avec mon voisin et je lui parle de ma vidéo et il me répond, genre, ‘Oui, je l’ai déjà vue’. Puis le gars derrière aussi avant que l’hôtesse ne confirme à son tour. C’était dingue, des tas de gens l’avaient vue”, confie-t-il à Wired.

Et pourtant
Pourtant, rien ne laissait présager que le succès serait au rendez-vous. En 1997 en effet, la circulation de fichiers vidéo reste très complexe. Les boîtes de réception ne jouissent pas encore d’un stockage illimité. En outre, leur téléchargement prenait du temps, il fallait le bon lecteur, etc.

L’initiative salutaire
Un an plus tard, en 1998, le développeur Benoît Rigaut tombe sur la saynète et la trouve géniale tant elle reflète à merveille la frustration de l’homme face à l’insupportable machine. Il se met à la recherche d’une résolution de qualité et l’héberge sur un site pour éviter d’exploser les messageries de ses amis. Car, oui, 5 Mo, c’était alors beaucoup.

Premier hoax de l’histoire?
Sur cette page, pendant que le visiteur télécharge la fameuse séquence, Benoît Rigaut présente sa minutieuse investigation. Dans un style conspirationniste pré-11 septembre, il fait mine de dénoncer la supercherie, fichiers gif et annotations Paint à l’appui, revèle les preuves accablantes de sa thèse et élucide le “premier hoax de l’histoire”, quelques années avant le grand “boom” du genre. Le site rencontre à son tour un réel succès, au point que… Vinny Licciardi tombe dessus à son tour. La boucle est bouclée.

Histoire de la viralité
“Bad day” a finalement débarqué sur YouTube en 2006 avant d’être déclinée en une multitude de versions et de détournements en tout genre. Son parcours atypique a écrit un chapitre du Web et constitué l’un des premiers phénomènes viraux d’un réseau aujourd’hui saturé en la matière.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.