Modern technology gives us many things.

Les « tribulations » d’un étudiant africain en Chine

BEIJING, 3 mai — Admis par plusieurs écoles supérieures en Europe, Theo, un jeune Ghanéen (Afrique de l’Ouest), a réfléchi longtemps avant de décider d’accepter une bourse d’études en Chine.

“La Chine est si différente des autres pays du monde”, a déclaré à une agence locale chinoise, le jeune homme. “Parce que son développement rapide est si récent, ce serait une belle occasion d’observer et d’étudier le processus en temps réel”.

La connexion de Théo avec la Chine reflète celles de dizaines de milliers d’autres Africains qui ont choisi d’explorer le plus vaste pays du monde en développement, un pays qui entretient depuis longtemps une bonne relation avec le continent africain.

LA VRAIE CHINE

“Tout le monde connaît le phénomène chinois. On en entend parler tout le temps. Mais peu de gens (connaissent vraiment la Chine)”, a déclaré Theo, qui a étudié le journalisme et la communication internationale pendant trois ans dans une université spécialisée à Beijing.

Pendant son séjour, il a découvert beaucoup de similitudes entre sa terre natale et la Chine, deux pays qui subissent des transformations spectaculaires grâce à leur développement rapide.

“Par exemple, les réseaux de transport dans les grandes villes ont été conçus de façon similaire pour prendre en compte le développement des quartiers résidentiels vers la périphérie. “Et il y a au Ghana comme en Chine des débats houleux sur les systèmes de santé”, s’est amusé Theo. “C’est excitant pour moi de chercher ce que nous pouvons apprendre de (la Chine)”.

L’ancien chercheur en médias et en communication doté de cinq ans d’expérience professionnelle au Ghana a avoué qu’il se savait quasiment rien de la Chine avant de débarquer. Son image de la Chine avait été formée essentiellement au travers de la littérature occidentale et des films de kung fu.

“Les seules scènes que j’avais vues sur la Chine chez moi provenaient des films de kung fu. J’ai regardé beaucoup de films de Jet Li”, a expliqué Theo avant d’énumérer plusieurs long-métrages du célèbre acteur chinois.

“Mais ces films ne montrent que la Chine des années 80. Je me souviens des petites ruelles appelés hutongs et des vieux temples. Certains remontent même aux années 40 et 50. Rien à voir avec la Chine d’aujourd’hui”, a-t-il indiqué.

EPREUVES ET HOSPITALITE

En se remémorant sa première expérience en Chine, Theo a indiqué qu’il ne s’était pas rendu compte à l’époque de son manque de préparation pour le voyage avant son arrivée à l’aéroport International de Beijing, quand il a essayé de prendre un taxi : le chauffeur ne comprenait pas un mot d’anglais. Rebelote quand il a fini par arriver à son dortoir, où le personnel ne parlait pas anglais non plus.

“Ce qui est bien en Chine, c’est que les gens ici font leur possible pour vous aider”, a expliqué Theo. A chaque fois qu’il a rencontré des difficultés, des inconnus sont venus lui offrir un coup de main. Que ce soit avec le chauffeur de taxi ou le personnel de dortoir, le problème de communication a été résolu par des gens chaleureux.

L’étudiant a indiqué qu’il a également fait l’expérience de l’hospitalité chinoise de diverses manières. Il s’est souvenu de son premier festival du printemps, le nouvel an chinois, chez la famille de l’un de ses camarades de classe à Linyi, une ville de la province orientale de Shandong.

Ils ont mangé des raviolis chinois, allumé des pétards et ont bavardé une bonne partie de la nuit en regardant les émissions de CCTV dans un appartement donnant sur deux belles rivières.

“Chez mes hôtes, trois générations vivaient sous le même toit”, a indiqué Théo. “Pour moi, c’était comme une aventure. Ce que je n’avais jamais vu à la télé, les traditions familiales et l’atmosphère, j’ai pu en faire l’expérience en vrai”.

UN CHOC CULTUREL

Passant la plus grande partie de son temps à travailler sur des projets avec ses camarades étrangers et chinois, Theo a pu se rendre occasionnellement dans les villes du nord de la Chine et a pris plusieurs jobs à temps partiel dans l’enseignement de l’anglais.

“Psychologiquement, il faut être préparé pour le choc culturel. Il y a beaucoup de contradictions intéressantes en Chine”, a expliqué Theo en riant, avant de conseiller aux personnes voulant étudier en Chine d’éplucher les nombreuses ressources en ligne rédigées par des étudiants étrangers en Chine.

“Par exemple, ne soyez pas surpris et confus lorsque vous avez un problème et que votre ami chinois vous dit le plus sérieusement du monde ‘bois plus d’eau'”, s’amuse Theo. En effet, les Chinois ont tendance à conseiller à leurs amis de boire plus d’eau lorsqu’ils ne se sentent pas bien, car l’eau aide à purifier et à détoxifier le corps selon les préceptes de la médecine traditionnelle chinoise.

“Nous plaisantons beaucoup là-dessus. Quand l’ordinateur de quelqu’un tombe en panne, on lui dit ‘bois plus d’eau'”, relate Theo. “C’est la manière chinoise de montrer qu’on tient à vous”.

Ouverte à la possibilité

Conscient de l’afflux d’étudiants africains en Chine qui a passé la barre des 33.000 l’an dernier, Theo s’attend à ce que les prochaines générations suivent son chemin.

“Vous allez découvrir un pays avec beaucoup d’histoire. En même temps, il y a un bon mélange de traditions et de modernité”, explique Theo. “Vous trouverez des boîtes de nuit et des temples millénaires côte-à-côte et les gens ont différents modes de vie.”

“Il ne tient qu’à vous d’apprécier votre séjour en Chine”, conclut Theo.

Les commentaires sont fermés.