Modern technology gives us many things.

Le président Jacob Zuma accusé de dépenses somptuaires

« Ici, les gens ne savent pas que la maison de Nelson Mandela dans son village était bien plus petite, ils pensent que celle de Jacob Zuma est à la hauteur de son rang de chef du pays », reconnaît Phumzile Dlamini, une élue pro-Zuma de Nkandla, terre natale de l’actuel président. Dans le Cap-Oriental, la demeure du « héros de la nation », disparu en décembre 2013, fait effectivement pâle figure à côté du complexe résidentiel qui surgit après avoir franchi une énième colline du KwaZulu-Natal.

Une cinquantaine de pavillons, dont une partie a été construite dans la tradition locale avec une forme circulaire et un toit de chaume, hébergent la famille élargie du chef d’Etat sud-africain, et celui-ci lors de ses vacances.

« Pendant l’apartheid, il a délaissé sa famille, car il était en prison ou en exil, alors c’est normal qu’aujourd’hui il prenne soin de ses proches », justifie Witness Zuma, une de ses arrière-petites-filles.

TRAVAUX « EXORBITANTS »

Mais ce n’est pas ce que reproche la médiatrice de la République au président zoulou, qui vise un second mandat lors des élections générales du 7 mai. Dans un rapport d’enquête rendu public en mars, malgré les pressions du gouvernement, Thuli Madonsela a jugé que le chef d’Etat a profité de travaux de sécurité « exorbitants » réalisés par l’Etat pour s’offrir des aménagements personnels comme une piscine, un amphithéâtre, une clinique privée, un enclos pour bétail, un poulailler. « La mise en œuvre du projet Nkandla donne l’impression d’une sécurité excessive et déraisonnable, constituant un îlot dans un océan de pauvreté où les infrastructures publiques sont rares », écrit-elle. Réputée pour son indépendance, la médiatrice réclame que le président rembourse une partie des 246 millions de rands (17 millions d’euros) d’argent public dépensé pour sa résidence privée. Les travaux pour la maison de Nelson Mandela avaient coûté huit fois moins cher.

Les déflagrations de ce rapport explosif n’ont pas réellement atteint Nkandla, situé à six heures de route de Johannesburg. Il faut dire que « JZ » prend soin de ses voisins. « J’ai été le voir en 2009 pour lui demander de l’aide, car ma mère, handicapée, ne pouvait plus travailler et s’occuper de ses enfants, raconte Thubelihla Khulekani. Il m’a dit “Je vais voir ce que je peux faire”, et quelques mois plus tard l’une de ses fondations lançait le début de la construction d’une maison pour ma famille. »

Assis dans le salon du pavillon cinq pièces, il raconte que ses trois sœurs ont pu étudier gratuitement grâce à une autre fondation Jacob Zuma : « Il m’a aussi promis un emploi, je n’ai pas encore de nouvelles mais j’espère vraiment qu’il va être réélu… »

« IRRÉGULARITÉS » Les habitants saluent aussi le goudronnage de la route. Sur les bas-côtés, des panneaux rappellent la mise en oeuvre d’un programme d’électrification, de raccordement à l’eau ou de construction d’école. Mais même s’il y a des progrès, ils sont lents. Nkandla demeure parmi les cinq municipalités les plus pauvres du KwaZulu-Natal. Le taux de chômage atteint près de 70 %.

« Il n’y a pas eu d’effet Zuma depuis son arrivée au pouvoir, le développement dans notre campagne ne s’est pas accéléré, il ne s’occupe que de ses proches et de ses voisins », dénonce Thembinkosi Nxumalo. Cet élu local a frappé un grand coup fin 2012 en remportant une élection partielle, ce qui a permis à son parti, l’Inkhata Freedom Party, de reprendre le contrôle de la municipalité face au Congrès national africain (ANC).

Ntokozo Smkelmo, 17 ans, craint de s’éterniser devant la double clôture métallique surmontée de caméras qui protège les abords du complexe présidentiel. « Jacob Zuma aurait dû présenter ses excuses et payer ce qu’il devait, chuchote-il, il doit pourtant savoir qu’il y a beaucoup de pauvres et que l’argent public doit être bien dépensé. »

Assurant ne pas avoir été tenu au courant des « irrégularités » dans la gestion des travaux de son domicile, le président sud-africain a prévenu qu’il ne rembourserait pas un rand et a rejeté la faute sur son gouvernement. Une commission parlementaire réclamée par l’opposition mais dominée par l’ANC a décidé, lundi 28 avril, de ne s’occuper de cette affaire qu’après les élections.

Le Monde

Les commentaires sont fermés.