Modern technology gives us many things.

Le PDS se défoule sur Diouf : « Wade n’est pas un lâche comme lui »

Par une dévolution quasi monarchique du pouvoir, Abdou Diouf a hérité du Président Senghor la présidence de la République du Sénégal et le Parti Socialiste (PS) en janvier 1981. Durant tout le règne d’Abdou Diouf de 1981 à 2000, le (PS) et ses militants se sont donnés corps et âmes pour être au service d’un homme impopulaire, incompétent, liberticide et démocraticide qu’est Abdou Diouf. Les sénégalais retiennent de lui, un homme détaché des réalités et des problèmes de ses compatriotes. Il nous a laissé un pays à genoux, une économie grabataire sans aucune perspective d’avenir et plus grave encore, un pays où aucun rêve n’était permis. Malgré tout, le parti socialiste a toujours été fidèle et digne dans son soutien à Abdou Diouf allant jusqu’à organiser des fraudes de masse, des achats de conscience, des intimidations, des brimades d’opposants pour le maintenir au pouvoir. Mais, après avoir été complètement vomi, honni et banni par l’écrasante majorité des sénégalais en 2000 et sans aucune possibilité de fraude, Abdou Diouf quitte le navire socialiste en dérive au moment où ce parti avait le plus besoin de lui comme commandant de bord. Mais tél un lâche et un ingrat, Abdou Diouf a abandonné les siens leur préférant à son destin personnel comme secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Rappelons que la francophonie est une organisation pour le rayonnement de la langue et de la culture française. Le rayonnement de la langue et de la culture française en Afrique se fait toujours au détriment de nos langues et de cultures locales. Au moment où partout en Afrique des voix se lèvent pour la promotion de nos langues locales comme langue de travail, Abdou Diouf, ancien Président du Sénégal a préféré faire la promotion d’une langue et d’une culture étrangère au grand dam de nos langues et cultures nationales. C’est pourquoi Abdou Diouf a choisi de vivre en France non pas pour ne pas gêner son prédécesseur, le Président Abdoulaye Wade, mais parce que tout simplement il n’en avait cure de l’avenir du PS. Il ne s’est jamais demandé ce qu’il pouvait faire pour le PS mais ce que le PS pouvait faire pour lui. Dès l’instant que le parti socialiste ne pouvait plus rien lui apporter, il lui a tourné le dos. Le Président Abdoulaye Wade, par contre, a toujours eu comme souci de servir sa patrie et d’être au service de son parti. Lorsqu’il a perdu le pouvoir le 25 mars 2012, il n’a pas tourné le dos au Parti démocratique sénégalais (PDS) ce parti qui lui a tout donné. C’est pourquoi il est toujours resté Secrétaire général national de ce parti et s’est occupé quotidiennement de la vie de celui-ci. Son ultime bataille aujourd’hui est de réorganiser le PDS, de le rendre plus attractif, le massifier et aider ses militants à reconquérir le pouvoir dans une grande union de la famille libérale. C’est tout le sens de son retour au Sénégal non pas comme ancien Président mais comme chef de parti politique. Donc si Abdou Diouf estime que le Président Abdoulaye Wade n’a rien à faire au Sénégal et qu’il aurait mieux fait de rester en France, il se trompe lourdement car Me Wade n’est pas du genre à lâcher les siens surtout au moment où ceux-ci ont le plus besoin de lui.

Cissé Oumar Sadio

Membre de la Fédération du Parti démocratique sénégalais de France.

 

 

1 commentaire
  1. sen=gal dit

    bien dit mon frère Abdou Diouf est venu et revenu au sénégal mais aucun sénégalais ne s’est soucié de savoir qu’est-ce qu’il vient faire ici ni où il loge encore moins penser à lui réserver un accueil. Diouf lui même la 1ère fois qu’il est revenu n’a pas reconnu le sénégal tellement que Wade avait fait des réalisations.

Les commentaires sont fermés.