Modern technology gives us many things.

Kristen Stewart « atomique », le « bon coeur » de Beyoncé: cette joaillière nous dit tout

Devant la suite du Martinez où l’on a rendez-vous, un homme en costume monte la garde. À l’intérieur, idem. Les cambriolages ne sont pas inhabituels lors du Festival de Cannes: on n’est jamais trop prudent. Dans la pièce, caressés par les rayons du soleil, les diamants montés en bracelet, collier ou bague étincellent, à l’abri dans leur écrin de verre. Messika est une marque de haute et petite joaillerie. Le Festival de Cannes n’a débuté que depuis deux jours mais la marque a déjà séduit la nouvelle égérie L’Oréal, Thylane Blondeau. L’année passée, Kristen Stewart fut la meilleure publicité de Messika sur le tapis rouge tandis que Beyoncé adore la marque au quotidien.

Quand Valérie Messika pénètre dans la pièce, son énergie et son enthousiasme sautent aux yeux. Cette année, la maison spécialisée dans la haute joaillerie s’offre son premier vrai Festival de Cannes et l’excitation est à son comble. « L’année passée, on l’avait fait en dissident. Cannes, c’est plus puissant que les Oscars: il y a douze soirées. Sur les réseaux sociaux, tout le monde veut savoir quelle robe, quel bijou a été porté(e) par qui… On a accès aux coulisses, on voit comment les filles se préparent. C’est un rêve pour toutes les marques. » La Parisenne au teint doré profite de la montée des marches pour « tout observer ». « C’est extraordinaire: je vois des robes et des bijoux toute la soirée. Je me suis rendue compte par exemple qu’il est difficile de mettre des colliers parce que les robes sont souvent chargées. On fait un focus sur les boucles d’oreilles depuis plusieurs années et on doit continuer. Cannes permet de repérer les tendances du mois à venir. »

Un look « atomique »
L’année passée, la marque Messika a été repérée sur le tapis rouge grâce à un look osé de Kristen Stewart. « C’était atomique », se souvient Valérie en souriant. « J’étais à la soirée d’ouverture et on m’a dit que Kristen Stewart avait beaucoup aimé une de nos boucles d’oreilles. Vu que Kristen est sous contrat avec Chanel, je pensais qu’elle ne porterait jamais de bijoux à nous. Mon mari, moins timide que moi, est allé la voir pour savoir si elle avait vraiment vu les bijoux. » Kristen a confirmé l’information et a indiqué que ça irait bien avec sa robe Chanel, prévue pour la montée des marches. « Mais après, vous ne savez jamais: si à la dernière minute, elle a envie de changer de tenue… »

Quand Valérie a vu Kristen sur le tapis rouge, elle n’en a pas cru ses yeux. « Ça a été une chance folle. Elle incarne toutes les choses pour lesquelles j’ai voulu faire du diamant. C’était rock, décalé, elle était en baskets avec une robe Chanel, elle avait un maquillage rouge, des cheveux décolorés dans tous les sens et cette boucle d’oreille asymétrique. Quand j’ai vu cette image, ça a été un grand moment d’émotion. »

Beyoncé a « bon coeur »
Si certaines stars sont bloquées par un contrat d’exclusivité avec une marque de mode, de bijoux ou parfois même de maquillage (impossible alors de porter un collier trop imposant: le regard risquerait d’être attiré ailleurs que sur le visage), d’autres veulent « éviter de faire comme tout le monde ». « Une fille va préférer avoir le super bijou qui va renvoyer une image de modernité… » Charlize Theron, « iconique », a porté du Messika à Berlin. Et Beyoncé est sous le charme également. « Elle a souvent porté nos bijoux. C’est une femme qui a vraiment bon coeur », nous confie Valérie. « Quand vous savez la résonnance que peut avoir une femme comme ça… Elle ne demande pas d’argent. Elle le fait spontanément: elle aime, elle porte, elle poste sur ses réseaux sociaux. »

Ce sont ces collaborations et ces coups d’éclat qui ont permis à Valérie de faire grandir sa marque. C’est son père, spécialisé dans le négoce de diamants depuis le début des années 1970, qui lui a donné le goût des pierres et la connaissance nécessaire. Dans le diamant, « milieu très fermé », on passe plutôt les clés de la maison familiale au fils. « Je suis son premier enfant. Il en a eu six. Mon frère handicapé ne pouvait pas travailler et les autres sont plus jeunes. J’ai senti, depuis toute petite, qu’il avait envie de me transférer un jour l’entreprise familiale. »

Un an pour la convaincre
André Messika invitait sa fille à examiner les pierres avec lui à la loupe, lui demandait ses préférences, ses goûts. « C’était un peu mon mode de communication avec lui quand j’étais petite. Quand j’ai grandi, il m’a dit: ‘Laisse-moi un an pour te convaincre que c’est un métier que tu veux faire.’ Je l’ai suivi, on a parcouru le monde. Deux ans après, il m’a annoncé qu’il partait en Israël. Il m’a dit que le métier était en train de changer et qu’il était temps pour lui de s’en aller. Je ne l’ai pas super bien pris. » Mais Valérie a accepté en changeant quelque peu la règle du jeu. « Je lui ai proposé de créer une marque autour du diamant. Je trouvais qu’on devait faire quelque chose de plus jeune, de plus frais, de plus moderne. On était au début des années 2000, je voyais des sacs et des chaussures qui coûtaient entre 500 et 1500 euros. Je me disais qu’on pouvait faire un bijou en diamant que la femme puisse s’acheter pour elle-même. J’ai senti qu’il y avait une place à prendre. »

Quand elle doute aujourd’hui, c’est toujours son père qu’elle appelle. « Il me dit souvent: ‘Je suis ton GPS.’ Si je me perds, je peux l’appeler, il me donnera la direction. » André est « fier » et « ému » du parcours de sa fille. « J’ai appelé la marque Messika. Je n’ai pas voulu me représenter comme une créatrice. J’ai voulu rendre hommage au travail que mon père a fait pendant 50 ans. »

Messika est une affaire de famille. Valérie suit les traces de son père et travaille avec son mari et son cousin. Elle partage avec nous ses secrets pour que l’association famille/boulot fonctionne. « Mon père est géographiquement loin de moi. C’est une force. S’il était resté à côté de moi, je ne sais pas si j’aurais eu le courage de « casser le père » pour faire ma place. L’autre secret, c’est que chacun doit avoir son territoire. Mon mari et moi, on travaille dans la même entreprise mais on ne se voit quasiment pas de la journée. On n’a pas du tout les mêmes qualités. Si je n’avais pas été en couple avec quelqu’un qui fait le même travail que moi, je pense que mon métier aurait pu faire concurrence à mon couple. Ici, on partage la même émotion, les mêmes joies. »

Elle espère qu’un jour, ses deux petites filles prendront le relais. « Elles adorent venir au bureau. Elles aiment l’atmosphère qui y règne et les bonbons qu’on trouve un peu partout parce que j’adore ça. Elles aiment la création, elles vont faire leurs petits dessins à côté de la dessinatrice. Je pense que dans mon inconscient de petite fille, baigner dans cet univers m’a aidée à comprendre mon père. J’ai compris sa passion, j’ai compris pourquoi il n’était pas souvent à la maison… Même si les enfants ne verbalisent pas, ils ressentent les choses. » Et si vos enfants piquent vos chaussures pour rigoler, les filles de Messika essaient les bijoux créés par leur maman en cachette « et j’ai toujours peur qu’elles les perdent parce que bon, quand même… », se marre-t-elle.

Parmi les autres secrets de sa réussite, l’équilibre familial a son importance. Comme toutes les mères passionnées par leur métier, Valérie apprend à dire non. Dimanche, elle quittera Cannes pour Paris… et le concert des Kid United. Elle a promis d’y emmener ses filles. « C’est leur premier concert. J’avais un rendez-vous que j’ai dû annuler mais voir leurs petites têtes heureuses, ça compense. » La businesswoman n’est cependant jamais loin: « Je ferai peut-être un aller-retour pour revenir la semaine prochaine… »

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.