Modern technology gives us many things.

Johnny Depp très dur à gérer pendant le tour­nage du dernier Pirates des Caraïbes

Pendant le tour­nage de Pirates des Caraïbes : la vengeance de Sala­zar, Johnny Depp n’a pas toujours été une crème sur le tour­nage et beau­coup en ont souf­fert.

Le tour­nage de Pirates des Caraïbes : la vengeance de Sala­zar n’a pas été une siné­cure. Le film des studios Disney doit sortir le 24 mai prochain en salles et les langues se délient sur la façon dont le héros Johnny Depp s’est comporté. Tout cela s’est passé en Austra­lie il y a deux ans, entre février et juillet 2015, un an avant l’an­nonce du tumul­tueux divorce entre l’ac­teur et Amber Heard. À l’époque, les médias locaux relayaient déjà des rumeurs sur les rela­tions compliquées du couple. Le très fiable Holly­wood Repor­ter assure aujourd’­hui avoir recueilli les témoi­gnages de personnes pouvant témoi­gner des coups qu’il échan­geait avec son ex-conjointe, de son recours exces­sif à la bouteille et de la façon dont il était systé­ma­tique­ment en retard de plusieurs heures. Tandis que des centaines de figu­rants l’at­ten­daient pour s’ani­mer devant les camé­ras, il était souvent… endormi. « Il n’est pas vrai­ment du matin », a confié un membre de la produc­tion.

D’après les témoi­gnages recueillis, il était même carré­ment de l’après-midi. Les équipes tech­niques ont dû compo­ser jour après jour avec l’em­ploi du temps parti­cu­lier de Johnny Depp. La star avait loué la propriété de l’ex-cham­pion de moto Mick Doohan et une personne postée devant le bâti­ment était char­gée de préve­nir la produc­tion dès que l’ac­teur ouvrait l’œil. « Quand il se réveillait, il allu­mait la lumière, et au moment où l’on voyait la lumière, on appe­lait les produc­teurs, pour qu’ils appellent les réali­sa­teurs, a expliqué une personne présente sur le tour­nage. Il y avait un code secret comme : “L’aigle a atterri.” »

Mais Johnny Depp igno­rait tout de cela, évoluant dans un cocon où personne ne voulait le brusquer. Son ex-agent aurait demandé aux produc­teurs d’agir et d’al­ler lui parler, mais pour ceux-ci, reca­drer l’ac­teur était du ressort de son agent. « Tout le monde se tenait inno­cem­ment sur le côté en regar­dant le navire sombrer », a affirmé une source. Pendant les prises, Johnny Depp était toute­fois irré­pro­chable : « Il était char­mant, gentil. C’était le yin et le yang. »

Le tour­nage a cepen­dant été cham­boulé plusieurs jours quand le comé­dien a dû rentrer aux États-Unis pour une bles­sure à la main. L’ex­pli­ca­tion offi­cielle, servie par le produc­teur Jerry Bruck­hei­mer, consiste à dire que Johnny Depp s’est « coincé le doigt dans une porte de voiture, ou dans une porte coulis­sante ». L’ex­pli­ca­tion offi­cieuse qui a circulé à l’époque, c’est qu’il s’est violem­ment disputé avec Amber Heard, sous l’em­prise de l’al­cool. Ce qui colle parfai­te­ment avec le récit de celle-ci sur une alter­ca­tion qui a dégé­néré et au cours de laquelle Johnny Depp s’est coupé un morceau de doigt dans un accès de colère.

Si les proches de l’ac­teur assurent qu’il va beau­coup mieux aujourd’­hui, ses anciens mana­gers avec qui il est en conflit devant les tribu­naux ont lutté pour tenter de le raison­ner, a insisté une source anonyme : « C’est devenu de plus en plus dur de trou­ver le bon moment pour lui parler. Avant, il suffi­sait qu’il soit libre, mais là, il fallait trou­ver un moment où il était libre et avec la tête au clair et de bonne humeur. Il se mettait beau­coup en colère. Il hurlait sur les gens qui travaillaient chez lui ou pour sa sécu­rité. » Du côté de la produc­tion du film, on tente de mini­mi­ser les choses : « Il y a certai­ne­ment eu des jours où on a dû chan­ger les plans par rapport à ce qui était prévu, a confirmé Sean Bailey. Mais personne ne doit sous-esti­mer la passion de Johnny et son impli­ca­tion dans ce person­nage et pour cette fran­chise. »

La saga Pirates des Caraïbes a engrangé jusqu’ici 3,7 milliards de dollars de recettes, donc pas ques­tion de mettre en danger le cinquième opus à venir. Disney a encore en mémoire le calvaire vécu pour assu­rer la promo d’Alice de l’autre côté du miroir, un film sorti il y a un an, pile au moment où Amber Heard affir­mait devant le monde entier que Johnny Depp l’avait à plusieurs reprises frap­pée.

Pour le produc­teur Jerry Bruck­hei­mer, si l’ac­teur s’est montré si compliqué à gérer sur le tour­nage de Pirates des Caraïbes 5, c’est à cause « de la pres­sion » qui pesait sur ses épaules. À deux semaines de la sortie du film, on espère qu’il est tout détendu désor­mais.

Voici

Les commentaires sont fermés.