Modern technology gives us many things.

Jenni­fer Anis­ton explique pourquoi Friends ne fonc­tion­ne­rait pas en 2017

Jenni­fer Anis­ton n’est pas fan des réseaux sociaux et le fait savoir. Selon elle, la série Friends n’au­rait d’ailleurs jamais pu voir le jour à notre époque. 

Jenni­fer Anis­ton s’est expri­mée dans une inter­view auprès d’Arianna Huffing­ton sur l’évo­lu­tion de la tech­no­lo­gie et des réseaux sociaux ces dernières années. Elle a profité du sujet pour faire une réfé­rence à Friends, la série à succès qui l’a fait connaître dans les années 1990. Selon elle, le programme n’au­rait jamais fonc­tionné en 2017.

« Si Friends était créé aujourd’­hui, vous auriez un café plein de gens en train de regar­der leurs iPhones, explique-t-elle, triste. Il n’y aurait pas de vrais échanges ou de conver­sa­tion. » Une chance donc que la série ait débuté il y a vingt ans, à une autre époque. Toute une géné­ra­tion de télé­spec­ta­teurs seraient passés à côté de ce programme culte qui a quand même duré 10 ans et 236 épisodes.

Une évolu­tion tech­no­lo­gique que l’épouse de Justin Theroux déplore malgré les avan­tages certains que cela comporte et qu’elle recon­naît. Une muta­tion qui est inévi­table mais qu’elle préfère suivre de loin. Elle en parle dans le podcast à propos de son absence de la toile : « Pour moi, ne pas être sur les réseaux sociaux, c’est de l’auto-préser­va­tion. » Avant de déve­lop­per son propos : « ll y a assez de choses écrites sur moi en dehors dont une grande partie qui n’est pas vraie. Le mystère de ce que tu es en tant qu’ac­teur ne t’ap­par­tient plus. C’est la seule chose qui me reste, qui est proté­gée et qui m’ap­par­tient, c’est mon petit sanc­tuaire. » Une démarche rare chez les stars, plutôt omni­pré­sentes sur les réseaux sociaux aujourd’­hui et qui s’en servent pour asseoir leur noto­riété.

Une influence de la tech­no­lo­gie que Jenni­fer Anis­ton ne rejette cepen­dant pas en bloc, elle qui avoue même s’être surprise à deve­nir accro à certaines appli­ca­tions de son smart­phone. La comé­dienne de 48 ans regrette d’ailleurs l’om­ni­pré­sence et l’im­pact néga­tif que cela peut avoir sur sa vie, même si elle essaye de s’en préser­ver au maxi­mum. L’ex de Brad Pitt confie notam­ment dormir moins bien depuis qu’elle a un smart­phone sur sa table de chevet. « Qu’est-ce qui est apparu en premier, mes mauvaises habi­tudes de sommeil ou cet appa­reil ?, s’in­ter­roge-t-elle rhéto­rique­ment. Je pense honnê­te­ment que je dormais très bien avant. » Avant de tran­cher : « Le fait que ces appa­reils soient appa­rus dans nos vies a perturbé notre sommeil. » Pauvre Jen !

Voici

Les commentaires sont fermés.