Modern technology gives us many things.

Horreur en Centrafrique : 13 personnes brûlées vives dans un village

Une source de la gendarmerie à Bangui a indiqué mardi qu’au moins 13 personnes ont été brûlées vives samedi dernier dans une maison à Dissikou, village situé dans le centre de la Centrafrique. Des soupçons pèsent sur l’ex-rébellion Séléka qui, elle, pointe des Peuls armés.
Enfermés dans une maison, au moins 13 civils ont été brûlés vifs, le 10 mai, à Dissikou, village situé dans la région de Kaga Bandoro, en Centrafrique. Une source de la gendarmerie à Bangui qui a révélé mardi l’information pointe des combattants présumés de l’ex-rébellion Séléka et des Peuls armés comme auteurs de ce crime.
“Les assaillants ont attaqué samedi le village, avant de pourchasser et de capturer certains habitants, dont 13 d’entre eux ont été rassemblés de force dans une maison à laquelle les assaillants ont mis le feu après avoir barricadé les sorties”, a précisé la source.
“Un habitant qui tentait de s’échapper par une fenêtre a été criblé de balles. Toutes ont péri carbonisées par l’incendie de la maison”, a poursuivi la source, précisant que “de nombreux autres habitants ayant réussi à prendre la fuite, sont arrivés horrifiés à Kaga Bandoro, où ils ont trouvé refuge à la cathédrale Sainte Thérèse”.
Représailles des Peuls armés ?
Interrogé mardi, un responsable de l’ex-rébellion a affirmé que les ex-Séléka ne s’aventurent plus depuis longtemps dans cette région, affirmant qu’il s’agissait de Peuls, dépossédés de leurs bêtes par les anti-balaka et les villageois, qui mènent des représailles.
Les régions centre et nord de la Centrafrique sont les plus sensibles du pays depuis plusieurs semaines, au cours desquelles de nombreux villages ont été attaqués, ainsi qu’un hôpital géré par l’ONG Médecins sans frontières début mai.
À Kaga-Bandoro, treize personnes, dont deux civils, ont été tuées dans des affrontements entre ex-Séléka et anti-balaka à la même période.
(Avec AFP)

Les commentaires sont fermés.