Modern technology gives us many things.

Hommage à Amadou Mbaye Loum – Par Malick Sy

Un journaliste fait de tous les hommes qui les vaut tous et que ne vaut pas n’importe quel homme.

J’ai beau explorer toute l’étendue du champ lexical de la douleur, mais il m’a été difficile de trouver le juste qualificatif à la hauteur de la double peine qui a envahi mon cœur, à l’annonce de ton décès. Douleur double parce que p

Un journaliste fait de tous les hommes qui les vaut tous et que ne vaut pas n’importe quel homme.

J’ai beau explorer toute l’étendue

lus qu’un confrère, j’ai perdu un ami mais aussi parce que j’ai toujours voulu te rendre cet hommage de ton vivant et non pas à titre posthume. Connaissant ton aversion profonde pour les honneurs publics, j’avais pris le soin de t’appeler pour recueillir ton assentiment et vérifier l’exactitude de certains souvenirs que nous avons partagés tout au long de ces vingts dernières années. Je ne savais pas que cela allait être notre dernière conversation. Ce qui n’a fait qu’amplifier l’immensité de mon chagrin.

Nous sommes connus en 1992 lors de mon tout premier stage à la RTS. La même année où le Sénégal a organisé la coupe d’Afrique des nations de football. Lorsque je plonge dans mes souvenirs, le premier qui me vient à l’esprit est ce moment d’extrême fébrilité que nous avons vécu ensemble quelques minutes avant le coup d’envoi du match d’ouverture Sénégal-Nigeria. Nous étions tout en haut de la tribune de presse. Moi coincé entre toi et feu Hadji Moustapha Ndiaye.

A l’écoute de notre hymne national, je n’ai pu m’empêcher d’écraser une petite larme. Tu t’es penché vers moi, m’as tendu un mouchoir avant de me prendre dans tes bras. Cette séquence empreinte d’émotion dont nous étions les seuls témoins dans un stade en pleine ébullition, allait être l’acte fondateur d’une amitié qui a transcendé le temps, l’espace et les vicissitudes de nos vies sociales et professionnelles.

Notre confrère Alassane Diédhiou dans le touchant hommage qu’il t’a rendu, à rappelé le surnom dont nous t’affabulions si affectueusement à la rédaction. Tu étais « Gash » pour les jeunes journalistes que nous étions et que tu avais pris sous ton aile protectrice. L’histoire doit certainement en avoir perdu le compte mais combien sommes nous à avoir profité de ta disponibilité et de ta générosité professionnelles? Combien sommes-nous à avoir appris de toi le sens de l’éthique, de l’honnêteté et de la rigueur journalistiques.

Tu étais le visage et la voix d’une certaine idée du journalisme à hauteur d’homme. Tu as écrit les plus belles page de l’histoire de la télévision sénégalaise dont tu resteras à jamais, l’une de ses âmes les plus vivantes. «Vivantes» dis-je bien car une âme ne s’éteint jamais.

Ton histoire, c’est aussi et surtout celle d’un homme profondément attaché au bonheur des autres. «Lindor » comme aimait à l’appeler si affectueusement Elisabeth Ndiaye, autre personnage iconique de l’histoire de la télévision sénégalaise, incarnait une forme de générosité rare, sobre et entière, presque frénétique. Car tout ou presque de ce qui importait à Loum était l’Autre, enfer pour certains et source permanente d’empathie pour lui.

Amadou Mbaye Loum ne s’appartenait pas. Il était le « Loum » de tout le monde le  «Gash» de tout un chacun, le père, le fils, l’oncle, l’ami et le confrère de tous. De tous les innombrables et émouvants témoignages entendus le jour de son enterrement, les mots prononcés par Ahmed Bachir Counta auront été ceux qui ont le mieux résumé ce qu’était l’homme Loum. Et tous les qualificatifs du dictionnaire ne suffiraient pas pour décrire sa profonde détestation des honneurs et son exécration sans limites des privilèges. Ahmed Bachir Counta ne s’est pas trompé en disant qu’Amadou n’a jamais cherché à s’enrichir pour lui mais toujours à s’enrichir auprès des autres.

Sa richesse ne s’est jamais mesurée par le poids de son portefeuille mais à la lumière de son cœur qui a éclairé la vie de beaucoup d’hommes dont celle de l’auteur de ces lignes.

Lorsque nous nous sommes vus pour la dernière fois lors d’une visite qu’il m’a rendue à Tambacounda, il n’a eu de cesse de me supplier de le «laisser tenter quelque chose» pour me faire revenir à Dakar suite à ma mutation-punition. Il a voulu en faire une affaire personnelle. Je l’en ai dissuadé en lui opposant mon refus de mettre ma liberté et mon engagement à l’encan. Pas question lui ai-je dit de me sentir redevable d’un régime par la seule volonté duquel, j’ai été «éloigné» de Dakar du seul fait de ma proximité supposée avec Karim Wade. Il n’insistera pas outre mesure. Parce que lui était un homme fondamentalement libre et savait de quoi le mot liberté était le nom.

Mais l’acte qui symbolise le mieux cette empathie chimiquement pure qu’incarnait Amadou Lindor Mbaye Loum se déroule entre les quatre murs de la rédaction du journal télévisé de la RTS. Nous sommes en 1995.

Cet après midi là, le cabinet de Habib Thiam appelle à la rédaction. A l’autre bout du fil un conseiller de l’ancien premier ministre. L’homme est dans tous ses états. Il attend désespérément l’équipe de la RTS chargée de couvrir un «important événement» présidé par son patron. Il veut des explications et demande à parler au rédacteur en chef. Daouda Ndiaye en l’occurrence qui n’était pas à son bureau et donc injoignable. Nous n’étions pas encore à l’ère du téléphone portable.

Dans le carnet où sont consignées toutes les demandes de reportage, aucune trace d’activité de la Primature ce jour là à 15 heures. Mais l’homme au bout du combiné n’en a cure. Il menace de sanctionner la rédaction en chef si une équipe n’est pas dépêchée sur place dans les plus bref délais. Loum après avoir réussi à calmer la fureur du conseiller, me demanda toutes choses cessantes, d’aller couvrir cet «évènements important» qui n’était en fait, rien d’autre qu’une banale ouverture de séminaire.

Mais de ce petit mélodrame qui aurait pu avoir de grosses conséquences, «Gash» n’en pipera mot à Daouda Ndiaye. Il a pourtant dans l’intimité de sa seule conscience, «sauver» celui dont il était l’adjoint et qui était dans le viseur de la Primature depuis la révolution avortée du 18 juin 1995 (Elisabeth Ndiaye était aux commandes du journal ce soir là) au cours de laquelle, toute la rédaction a voulu se dresser contre les immixtions intempestives des services du premier ministre dans la ligne éditoriale de la rédaction. Cet épisode qui n’est certes qu’un banal exemple parmi ses innombrables faits d’armes, est emblématique de ce qu’était Amadou Mbaye Loum. Un homme d’une grande loyauté, exceptionnellement soucieux de l’intérêt collectif et toujours prêt à aider l’autre quel qu’il soit.

Cette belle œuvre que tu as écrit sans répit depuis bientôt 40 ans s’est hélas achevée un matin de février 2018. Tu es parti mais tu n’as pas déserté nos cœurs et nos esprits car tu resteras à jamais, une belle et précieuse source d’inspiration.

Je voudrais m’associer à la douleur de Yacine, Pa Moda, Pèdre, Yoyo et de tous  ses proches et prier pour un homme dont la disparition est une leçon de vie pour tout ceux qui l’ont connu.

Malick SY

Journaliste

Les commentaires sont fermés.