Weinstein

Les témoignages se multiplient sur les agressions sexuelles perpétrées par Harvey Weinstein, « roi » désormais déchu d’Hollywood. Dans la foulée des premiers témoignages publiés par la presse en début de semaine, plusieurs femmes se révèlent avoir aussi été victimes du producteur. Hier, c’est la star française Léa Seydoux qui, dans une tribune, révèle en avoir été l’une des nombreuses victimes.

Une vingtaine d’actrices, mannequins et anciennes employées ont désormais accusé, à visage découvert pour la plupart, le producteur de cinéma américain Harvey Weinstein de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle sur une période remontant aux années 1990. Lui réfute, via sa porte-parole, toutes les accusations.

Certaines parlent de « libération » lorsqu’elles osent enfin révéler leur lourd secret, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet. Beaucoup évoquent la peur qui les tenaillait à l’idée de ne plus travailler si elles racontaient l’agression dont elles avaient été victimes. La honte aussi. Lauren Sivan, journaliste à la télévision américaine, a raconté avoir été contrainte de regarder Harvey Weinstein se masturber devant elle.

« Il bloquait la seule issue. Vous savez, à cette époque, j’avais vingt ans, je ne savais pas quoi faire. Je voulais juste m’échapper le plus vite possible. Donc quand j’ai vu qu’il avait terminé ce qu’il avait à faire, j’ai juste dit : « c’est fini ? Je peux partir maintenant ? » Et je me suis enfuie », a-t-elle raconté.

Et de plus en plus de proches du producteur prennent aussi la parole pour exprimer parfois leur surprise, souvent leur dégoût. Sa femme aurait annoncé mardi soir sa séparation à son site people.

Ce mercredi soir Hillary Clinton s’est exprimée pour la première fois. « J’en étais malade. J’étais choquée, j’étais consternée. C’est quelque chose d’intolérable dans tous ses aspects. »

Une déclaration très tardive, selon certains. L’ancienne candidate à la Maison Blanche, qui a reçu beaucoup d’argent de la part du producteur d’Hollywood pour financer sa campagne, a assuré qu’elle reverserait les fonds à des œuvres de charité.

Des témoignages aussi nombreux qu’accablants

Dans une tribune au Guardian (en français), Léa Seydoux, star de La vie d’Adèle et du James Bond Spectre affirme avoir dû « se défendre » pour échapper au puissant producteur qui s’était « jeté sur elle ».

L’actrice Cara Delevingne, du dernier Luc Besson Valérian et la cité des mille planètes, raconte sur Instagram qu’Harvey Weinstein, qu’elle avait suivi à contre-coeur dans une chambre d’hôtel, lui a demandé d’embrasser une femme qui se trouvait là et a tenté de l’embrasser sur la bouche avant qu’elle ne s’échappe.

L’affaire éclate le 5 octobre. Grâce aux témoignages de huit femmes recueillis par le New York Times, qui publie une enquête explosive, également fondée sur des règlements à l’amiable conclus par le magnat afin d’éviter des poursuites, en échange du versement d’une somme d’argent. Celles qui parlent publiquement sont d’anciennes employées du producteur, inconnues du grand public, mais aussi l’actrice Ashley Judd.

Le quotidien révèle aussi d’autres cas de harcèlement, notamment avec l’actrice Rose McGowan ou le mannequin Ambra Battilana Gutierrez, qui ont conclu un accord à l’amiable incluant une probable clause de confidentialité ; les deux femmes n’ont pas fait de commentaire au journal. Parallèlement, le très respecté magazine New Yorker finalise sa propre enquête de dix mois, publiée le 10 octobre, et dans laquelle 13 femmes accusent Harvey Weinstein de harcèlement ou agression sexuelle, dont trois de viol : l’actrice vedette italienne Asia Argento, l’actrice Lucia Evans et une jeune femme ayant souhaité garder l’anonymat.

Dans le même article, les actrices Mira Sorvino, Emma de Caunes, Rosanna Arquette et Jessica Barth racontent les avances sexuelles du magnat du cinéma dans des circonstances similaires, des attaques qu’elles ont déjouées.

La partie émergée de l’iceberg

Avec le flot de révélations, d’autres femmes décident de témoigner à visage découvert. Les célèbres actrices Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Judith Godrèche et Katherine Kendall racontent au New York Times les avances d’un Weinstein nu ou vêtu d’un peignoir, dans des chambres d’hôtels, au cours des années 1990.

Depuis une semaine, c’est une boîte de Pandore qui a été ouverte. Le cas d’Harvey Weinstein jette une lumière crue sur des pratiques qui, selon certains, minent depuis longtemps Hollywood. Ce n’est que « le sommet de l’iceberg », insiste l’acteur et réalisateur Rob Schneider, qui révèle à son tour avoir été harcelé par un cinéaste célèbre lorsqu’il était jeune. « Les acteurs, les actrices plus que les hommes, sont particulièrement vulnérables. Ils ont besoin d’un agent et les agents sont répugnants aussi », assure-t-il. « Les directeurs de casting, les producteurs, les réalisateurs, c’est partout dans l’industrie. »

Dans sa tribune, Léa Seydoux dit rencontrer des hommes comme Harvey Weinstein « tout le temps » et dénonce le traitement misogyne des femmes dans le cinéma, de l’exigence de perfection physique aux écarts de salaires injustifiés avec les hommes.

RFI

PARTAGER