Modern technology gives us many things.

Exhumation du corps de Sankara : le Tribunal de Ouagadougou se dit incompétent

Le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou s’est déclaré incompétent pour juger de l’assignation à reconnaissance officielle du lieu de sépulture du président Thomas Sankara, a-t-on appris, à l’issue de l’audience, tenue mercredi matin, dans la capitale burkinabè.
Le TGI s’est déclaré incompétent en se fondant sur l’article 21 de la loi portant organisation des juridictions au Burkina, les articles 192, 193 et 194 du code de procédure civile.

Par ailleurs, il a demandé aux requérants à se pourvoir devant les juridictions compétentes.

Ainsi, après plusieurs renvois, le TGI de Ouagadougou a fini par se déclarer incompétent à trancher ce litige qui oppose la veuve et les enfants de Thomas Sankara à l’Etat burkinabè quant au lieu officiel où repose le Président Thomas Sankara.

Sur un plan juridique, Me Bénéwendé Sankara, l’un des avocats de la famille Sankara, dont les propos sont repris par le site d’information Burkina24, déclare ne pas comprendre ‘’en quoi le tribunal est incompétent ».

Me Sankara estime que la chambre civile du TGI est compétente dans la mesure où l’assignation en reconnaissance officielle de la tombe de Thomas Sankara est ‘’une affaire civile ».

Le TGI, à son audience du 5 mars dernier, avait rabattu le délibéré et renvoyé le dossier au 2 avril pour complément de pièces.

A l’audience du 2 avril, ces pièces ont été fournies par les avocats des ayants-droits du Président Thomas Sankara et le tribunal avait renvoyé le délibéré à ce jour du 30 avril.

L’assignation en reconnaissance officielle du lieu de sépulture du président Thomas Sankara, demandée par les enfants du défunt, Philippe et Auguste, et de sa veuve, Mariam Sankara contre l’Etat burkinabè, est enregistrée depuis le 21 octobre 2010.

En effet, la dépouille mortelle du père de la Révolution burkinabè n’ayant jamais été présentée en public, encore moins à sa famille après les événements sanglants du 15 octobre 1987, très peu de gens croient en la présence du corps de Sankara dans la tombe présentée comme la sienne.

A l’époque, sous la pression du Comité des droits de l’Homme des Nations unies, le gouvernement burkinabè avait présenté cette sépulture à la veuve Sankara et ses enfants, comme étant celle de l’ancien président du Faso.

Mais aucune preuve ne permet de le croire.
Les avocats de Mariam Sankara et de ses enfants avaient introduit, à ce sujet, une requête auprès du TGI de Ouagadougou, ‘’afin d’être autorisé à assigner à bref délai ».

L’objectif d’une telle opération est de savoir, par expertise ADN, si le corps qui se trouverait dans la tombe, est bien celui de Thomas Sankara.

 

Les commentaires sont fermés.