Modern technology gives us many things.

En Espagne, un prisonnier ressuscite à la morgue

Officiellement déclaré mort par trois médecins différents dans sa cellule, Gonzalo Montoya s’est ensuite réveillé à l’Institut Médico-Légal d’Oviedo. “Il a encore les traces de l’autopsie sur son corps”, rapporte la famille du détenu de 29 ans dans La Voz de Asturias.

Selon La Voz de Asturias, jusqu’à trois médecins différents ont constaté officiellement la mort de Gonzalo Montoya Jiménez. Le supposé cadavre de l’homme de 29 ans a été transporté à l’Institut Médico-Légal d’Oviedo. Au moment de pratiquer leur autopsie, les médecins ont entendu des bruits suspects. Et pour cause: le détenu était toujours en vie.

“Il a encore les traces de l’autopsie”
Pour le moment, Gonzalo Montoya Jiménez doit rester à l’hôpital. Son état de santé n’est pas inquiétant. Il devra toutefois subir une batterie d’examens.

“Il a encore les traces de l’autopsie sur son corps”, rapporte la famille du détenu dans La Voz de Asturias.

Catalepsie
À première vue, il s’agirait d’une catalepsie. C’est un état physique transitoire, caractérisé par une rigidité des muscles du visage, du tronc, des membres qui restent figés dans leur attitude d’origine.

Une enquête a été ouverte car les interrogations autour de cette affaire restent mystérieuses. Comment trois médecins ont-ils pu certifier sa mort? Pourquoi a-t-il fallu attendre qu’il ronfle à l’Institut Médico-Légal pour se rendre compte qu’il était toujours en vie?

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.