Modern technology gives us many things.

Un désert d’Amérique du Sud pourrait résoudre le mystère de la vie sur Mars

La clé de la découverte de la vie sur Mars pourrait se trouver dans le désert d’Atacama en Amérique du Sud. Les conditions climatiques y sont très proches de la Planète Rouge et malgré la présence d’eau quasi nulle, des bactéries parviennent à survivre, selon des travaux publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

C’est l’une des régions les plus sèches de la planète, puisqu’il n’y pleut qu’environ une fois tous les dix ans. Situé entre le Chili et le Pérou, le désert d’Atacama est un territoire d’exploration idéal pour les scientifiques qui veulent étudier la planète Mars.

Sans eau, la vie est impossible. Pourtant, des micro-organismes parviennent quand même à survivre dans le désert d’Atacama. Au contact de l’eau, les scientifiques ont constaté qu’ils se réactivaient. Ils ont pu le démontrer lorsqu’ils ont exploré les lieux en 2015 et qu’il s’est soudainement mis à pleuvoir.

Ce n’est pas la première fois que des entités microbiennes sont retrouvées dans le désert. Mais jusqu’à présent, leur présence n’était pas tout à fait expliquée. En revenant dans le désert en 2016 et 2017, les chercheurs ont alors constaté que ces bactéries étaient à nouveau en train de revenir à un état dormant. Sans toutefois mourir, ce qui change tout.

Revenir à la vie quand il pleut
“Nous pensons que ces communautés microbiennes peuvent sommeiller pendant des centaines, voire des milliers d’années dans des conditions très proches de ce qu’on trouverait sur une planète comme Mars, avant de revenir à la vie quand il pleut”,  avance M. Schulze-Makuch, principal auteur de ces travaux, cité par Le Monde.

Il y a des milliards d’années, l’eau était présente sur Mars sous la forme d’océans et mers. Il est plus que probable qu’il y avait de la vie dans ces eaux. Quand la Planète Rouge est devenue plus aride et froide, ces bactéries auraient très bien pu survivre de la même manière que les microbes d’Atacama.

La réponse pourrait tomber grâce à l’atterrissage sur Mars en 2021 d’un robot dans le cadre de la mission ExoMars. Il devra creuser dans le sol sur une profondeur de 2 mètres pour faire des prélèvements. Et mettre un terme à nos questions?

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.