Modern technology gives us many things.

Décès du Journaliste Maïmouna Ndiaye Mills: Oumou Wane lui rend hommage

Hey Sista,
On s’est toujours appelé ainsi. N’est-ce pas ?
J’avais presque posé la plume, cela me barbait un peu dernièrement avec tout ce binz sénégalais ambiant… mais pour toi me voilà de retour. Enfin une ombre de moi-même parce que sans toi, je fais comme je peux…J’ai un gros vide dans l’estomac. Je me pose des questions existentielles. Oui moi, je me les pose enfin. Oui moi le peu follet, je suis en train d’atterrir depuis la nouvelle que sur terre on ne s’assoira plus ensemble.
Tout d’abord, permets-moi grande sœur de ne pas parler de toi à l’imparfait. Je t’ai toujours écouté, obéi tout le temps d’ailleurs mais là je m’y refuse parce que tout simplement je ne peux pas et je ne le ferai pas. C’est au-dessus de mes forces. Et je le sais-tu respectes mes points de vue lorsque je les argumente.
Je ne vais jamais aux baptêmes encore moins aux funérailles mais pour toi j’ai tu ma peur devant les foules et ma timidité maladive pour être aux avants -postes ce matin. Oui je l’ai fait.
Je viens de comprendre que mes réserves sur les cérémonies n’étaient que de la coquetterie bête, disons de la sottise…Parce que lorsque le sort nous frappe au cœur, l’on n’a plus guère le choix
Après une nuit sans noir hier, je me suis précipitée à la mosquée du Point E ce matin pour te dire à bientôt. Je voulais te coller un petit bisou sur la joue avec notre clin d’œil habituel, signe de notre complicité mais je ne t’ai pas vu. Je suis orpheline de ce moment et c’est cela qui me creuse les tripes. On ne s’est pas dit à tout à l’heure.
Je me suis sentie privée de quelque chose de fort mais nos sociétés ont leurs raisons…oui tu le sais. Mais toi tu étais déjà entre les mains de l’Autre, oui de celui qui t’aime plus que nous. Sans nous demander notre avis il t’a convoqué. A ses convocations l’on répond sans rictus et pieds devant. Hé Oui, c’est notre chef, le chef suprême. Bref, je me tais avant de blasphémer et qu’il me convoque de suite. Je me tiens à carreaux d’ailleurs pour qu’il me laisse le temps de finir ce que j’ai entrepris. La dernière fois que j’ai pris la plume pour m’indigner des actes du Chef, c’était pour Katoucha Niane. File-lui le bonjour.
Enfin bref, je ne suis pas orpheline de toi, parce que l’on se reverra ; je ne sais pas quand est-ce que l’on va encore deviser ensemble chérie mais à la mesure de l’univers, c’est pour bientôt. Dors tranquille et surtout pas de cauchemars. Tu l’as dit, tu n’aimes pas l’espace, tu as trop à faire sur terre. Il a dû te prendre au mot l’Autre… Hé oui, lui c’est lui, il prend au mot. En attendant, ta magnifique famille veille sur toi, sur tes enfants. Donc relax…

Oumou Wane

Les commentaires sont fermés.