Modern technology gives us many things.

«Dalida»: Qui est Sveva Alviti, la révélation venue d’Italie?

Victime d’un malaise dans « Le Grand journal » jeudi, la comédienne italienne de 32 ans éblouit dans le rôle-titre du film « Dalida », qui sort ce mercredi 11 janvier…

« C’est quelqu’un qui ne triche pas. Elle s’est donnée à fond dans la promo comme elle s’est donnée à fond dans le film. Elle est tellement à fleur de peau que, parfois, ça donne ça. » Liza Azuelos, la réalisatrice de Dalida, a ainsi réagi à la crise d’épilepsie de Sveva Alviti survenue lors du Grand journal, jeudi.

Beaucoup de Français (et on le déplore) ont découvert la jeune actrice italienne de 32 ans avec ce malheureux malaise dont les images ont été partagées sur les réseaux sociaux… alors que Canal + a eu la bienveillance de supprimer le replay de son site. Mais il suffira d’aller voir le biopic consacré à l’interprète d’Il venait d’avoir 18 ans, qui sort ce mercredi, pour oublier tout cela et se focaliser uniquement sur la performance de la comédienne qui trouve ici son premier grand rôle.

« Il n’y a qu’avec elle que ça a été incroyable »

Si les critiques de cinéma sont partagés sur le film, la grande majorité s’accordent pour saluer la « révélation » Sveva Alviti. Elle « illumine l’écran », applaudit Studio Ciné Live quand Première écrit qu’elle « endosse ce rôle comme si elle jouait sa vie et devient une star en deux heures de film ». Le mensuel spécialisé s’emballe aussi pour « sa beauté, son intensité, son mélange de sex-appeal ravageur qu’elle a su capter chez son modèle ».

On confirme : la comédienne parvient parfaitement à émouvoir dans ce long-métrage qui paraît parfois figé dans sa reconstitution des années 1960 à 1980.

« J’ai fait passer un casting en filmant les comédiennes en gros plan sur Je suis malade. Il n’y a qu’avec elle que ça a été incroyable », confiait Lisa Azuelos lors de l’avant-première, en décembre. Sveva Alviti se serait imposée devant 200 candidates, dont Penelope Cruz et Laetitia Casta, selon Io Donna. Au magazine italien la jeune femme a expliqué qu’elle avait eu neuf mois pour se préparer au rôle : « J’ai dû étudier le français, apprendre à danser, chanter, marcher, à me mouvoir comme Dalida, et mettre une prothèse nasale et une fausse dentition pour lui ressembler davantage. »

« J’ai pris tellement de portes en pleine face que j’ai failli abandonner »

Et dire qu’elle a failli ne pas tenter sa chance. « Je vivais une période particulière, j’étais un peu résignée, a-t-elle glissé au Corriere della Sera. Sur le plan professionnel, j’avais pris tellement de portes en pleine face que j’étais sur le point d’abandonner. » Celle qui a commencé sous les projecteurs comme mannequin réinvestissait ses cachets dans des cours de comédie.

Mais si, dès 2010, elle s’est retrouvée au générique de courts et longs métrages américains ou italiens, c’était essentiellement pour des rôles très secondaires. Avec Dalida, elle occupera enfin le devant de la scène. Après avoir vécu neuf ans à New York, Sveva Alviti partage désormais sa vie entre Rome et Paris. Quelque chose nous dit qu’on va être amenés à la revoir très souvent sur les grands écrans des deux côtés des Alpes.

20minutes

Les commentaires sont fermés.