Diana

Invité de l’émis­sion Good Morning Britain, Colin Tebbutt, l’ancien chauf­feur de Diana a enfin accepté de livrer ses souve­nirs de cette nuit où tout a basculé.

Il faut que tu t’assois sur le bord du lit et prenne cet appel”. Colin Tebbutt se souvient avec préci­sion de cette nuit du 30 août 1997 quand le télé­phone de chez lui a retenti. C’est l’épouse de ce monsieur, chauf­feur offi­ciel de Diana, qui a d’abord décro­ché le combiné avant de le passer à son mari.

Colin Tubbett qui fut pendant 20 ans un employé fidèle et dévoué de la prin­cesse, fut respon­sable du rapa­trie­ment de Diana en Angle­terre. Dans un récit tota­le­ment glaçant,le chauf­feur explique être arrivé très rapi­de­ment après l’ac­ci­dent du pont de l’Alma, à l’hô­pi­tal de la Pitié-Salpê­trière. Ce 31 août, le climat été presque cani­cu­laire et Colin Tubbett a donc demandé à ce que des venti­la­teurs soient instal­lés dans la pièce où repo­sait Lady Di. Une fois ces appa­reils en marche, le chauf­fer a cru à un miracle en voyant les cheveux et les paupières de Diana se lever. “Mon Dieu, elle est vivante” s’est écrié Colin Tubbett, persuadé d’assis­ter à un miracle. Malheu­reu­se­ment, il ne s’agis­sait évidem­ment que d’un effet de mouve­ment provoqué par les venti­la­teurs.

Dans son inter­view accor­dée à la télé­vi­sion britan­nique, le chauf­feur qui ne condui­sait pas ce soir là Diana, a expliqué selon lui que la vitesse été vrai­sem­bla­ble­ment respon­sable de l’ac­ci­dent. Aujourd’­hui encore, Colin Tubbett regrette de ne pas avoir été à la place de Paul Burrel, le conduc­teur de l’en­gin qui a causé la mort de la prin­cesse et de Dodi Al-Fayed.

 

PARTAGER