Modern technology gives us many things.

C’est l’aliment n°1 pour lutter contre le Cancer : on en trouve au marché et dans nos cuisines

Ce produit est originaire de l’Altaï, une région montagneuse de l’Asie Centrale, berceau des grandes civilisations nomades. Sa diaspora est large, et ce depuis la nuit des temps. Les Egyptiens en consommaient déjà.
Une propriété anti-cancer
Entre 1966 et 1999, une étude a démontré que la consommation régulière d’ail réduisait de 30% les risques de cancer colorectal, et de 50 % les risques de cancer de l’estomac.
Si cette étude a pu être contestée, en raison du nombre de variables intervenant dans la vie quotidienne des personnes suivies, la longueur de la période sur laquelle a été menée l’étude inspire confiance. En tout cas, ça vaut le coup d’essayer !
AïlQuelle quantité d’ail consommer ?
18 grammes par semaine semble être une bonne moyenne dans le cadre d’une alimentation santé. Une gousse représentant 3 grammes, cela représente au total environ un peu moins d’une gousse d’ail par jour. Tout dépend également de l’utilisation qu’on veut en faire. Des études suggèrent que pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires, ou contre le taux de triglycérides trop élevé dans le sang, il faut manger 2 à 5 grammes d’ail cru par jour, ou 10 à 15 grammes cuits.
Pourquoi cette différence ? Parce que l’ail contient une enzyme que la chaleur désactive. Une cuisson trop longue vous fera donc perdre cette propriété. Aussi, pour inclure l’ail dans une cuisson, ajoutez-le 20 minutes au moins avant la fin de la cuisson.
Attention tout de même à ne pas trop en consommer non plus. Une surdose provoque des désordres intestinaux conséquents, surtout lorsqu’on a l’estomac vide au moment d’en manger. Or, vous le savez, il faut prendre soin de son appareil digestif !
Un aliment pratique
L’ail a la particularité et l’avantage de se conserver longtemps, entre 3 et 9 mois. Pour éviter la germination, il faut bien entendu l’éloigner des zones humides. Quant à la méthode de conserver l’ail dans l’huile pour le faire durer plus longtemps, elle est certes efficace en terme de durée, mais n’est pas sans risque. L’ail, privé d’oxygène, devient un terreau parfait pour les toxines.
Enfin, impossible de ne pas évoquer la mauvaise haleine due à l’ail. Cervantès recommandait de ne manger ni oignon ni ail au risque que leur odeur « ne trahisse une déplorable origine paysanne ». Se brosser les dents après avoir mangé de l’ail n’aide pas à réduire la mauvaise haleine. En réalité, Le brossage des dents n’a aucun effet sur l’haleine d’ail, puisque l’odeur caractéristique provient des gaz libérés dans la bouche au moment de la mastication, puis dans le tube digestif pendant toute la digestion. Ces gaz prennent au moins trois heures avant d’être éliminés. La seule façon de réduire un peu l’haleine après le repas est de mâcher du persil, de la menthe ou des grains de café. Selon les amateurs d’ail, la seule façon d’éviter d’indisposer ses amis quand on mange de l’ail est de les convaincre d’en manger aussi.
Rappelez-vous enfin l’alimentation fait partie d’un tout. Manger de l’ail ne solutionnera pas tous vos problèmes, loin de là. Couplez une alimentation saine avec une pratique régulière d’une activité physique, et vous le verrez, les résultats ne tarderont pas !

Les commentaires sont fermés.