Modern technology gives us many things.

Le cadavre de son fils était enroulé dans le tapis depuis plus d’un an

Le cadavre découvert mardi dans un appartement d’un immeuble cossu de Neuilly-sur-Seine est celui du fils du locataire de 65 ans, désormais soupçonné du meurtre.

Le locataire endetté de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) cachait de très lourds secrets. Depuis un an et demi, il vivait dans son deux-pièces rez-de-jardin avec le… corps de son fils, qu’il a très vraisemblablement tué à la fin de l’année 2015.

Sans que personne ne s’inquiète de la disparition de l’adolescent. Ni à l’école, ni dans sa famille.

Dissimulée derrière les murs et la lourde porte de ce petit appartement d’un immeuble chic du quartier Bagatelle, l’horreur n’a pas filtré. L’odeur du corps en décomposition non plus, ou si peu que les voisins ne se sont pas alarmés.

Tout juste a-t-on senti une mauvaise odeur dans la salle de bains du premier étage pendant une courte période. Le père, un homme de 65 ans qui se présentait toujours comme un homme important, distingué mais pas très avenant, que l’on croisait chaque jour dans le hall de l’immeuble ou dans le quartier, est clairement soupçonné du meurtre.

Le parquet de Nanterre vient d’ouvrir une information judiciaire contre lui pour homicide volontaire.

Il ne voulait pas l’autoriser à fêter la Saint-Sylvestre avec des copains

Jeudi, en fin de journée, il a été interrogé en garde à vue à l’hôpital, où il est soigné pour des blessures qu’il s’est lui-même infligées en se poignardant l’abdomen. Et même s’il ne reconnaît pas avoir tué son fils, qui n’avait que 14 ans et demi, il admet «une dispute», selon un proche du dossier.

Le père ne voulait pas l’autoriser à fêter la Saint-Sylvestre avec ses copains. La dispute a dégénéré en bagarre, a encore reconnu le père. Il affirme n’avoir aucun souvenir de ce qu’il s’est passé avant de réaliser la mort de son enfant.

Toujours selon ses dires, la sidération l’a figé au point qu’il n’a rien fait. Pas d’appel aux secours, ni à la police.

Les commentaires sont fermés.