Modern technology gives us many things.

Braquage de Kim Karda­shian : soupçonné puis blan­chi, son chauf­feur décrit sa vie boule­ver­sée

C’est un long témoi­gnage que vient de livrer Michael, chauf­feur de Kim Karda­shian lors de son agres­sion pari­sienne. Suspecté puis blan­chi, le jeune homme parle pour la première fois.

L’enquête est toujours en cours suite au braquage de Kim Karda­shian lors de la fashion week pari­sienne en octobre 2016. Mis en examen et entendu par la justice lors des inves­ti­ga­tions , Michael était le chauf­feur privé de la star de télé­réa­lité lors des faits. Suspecté d’avoir été complice des braqueurs puis blan­chi, l’homme de quarante ans vient de briser le silence sur l’an­tenne de RTL matin. A l’ins­tar de sa célèbre cliente qui s’était retrou­vée ligo­tée dans sa suite, Michael s’avoue toujours sous le choc. « Ça fait peur. On se dit que ça n’ar­riva qu’aux autres mais pas à nous, souligne-t-il. On me dit qu’il y a une partie de ma famille qui est impliquée. Et là c’est un deuxième coup qui tombe [la police soupçonne son frère d’avoir donné le rensei­gne­ment aux braqueurs, ce que Michael ne savait pas au moment de son inter­pel­la­tion ndlr]. Je suis soupçonné, je suis choqué, je me dis qu’il y a une trahi­son… »

Tota­le­ment K.O. lors de son inter­pel­la­tion, Michael met beau­coup de temps à comprendre ce qui lui arrive sur le coup. « Quand on n’a rien fait et qu’on a fait juste son boulot de chauf­feur, on se dit « Qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi ils me mettent en garde à vue ? », ajoute-t-il. Y’a quand-même ce stress de voir des délinquants… J’ai côtoyé ces gens-là qui étaient des braqueurs. Ça fait bizarre. On n’est pas dans un simple commis­sa­riat de police. On est au 36 quai des Orfèvres. Quand j’ar­rive avec eux, on m’a dit « Profi­tez de monter ces esca­liers, de grands crimi­nels l’ont fait »… Ils ne m’ont pas détruit. Mais, ils m’ont fait du mal. »

Au centre – malgré-lui – d’un tour­billon média­tique, Michael tente de se proté­ger. Rien à faire. Son nom fuite et son employeur doit répondre de ses accu­sa­tions. « Je vois que ça fait du mal à ma société [de chauf­feurs privés ndlr]. On reçoit des mails de clients qui nous demandent ce qu’il se passe, raconte-t-il. Beau­coup de gens posent des ques­tions. La famil­le… Sur Inter­net, je suis condamné […] Ça m’a dérangé parce que mes enfants, quand ils seront plus grands – si les Karda­shian sont toujours connus – c’est des choses qui pour­ront ressor­tir. »

Aujourd’­hui, Michael crie à l’injus­tice et ne sait pas trop comment sortir de toute cette histoire indemne. « Je peux tout accep­ter, conclut-il. On peut être venu me cher­cher parce qu’on m’a soupçon­né… Mais quand ça m’em­pêche de travailler, ça je ne peux pas accep­ter. Aujourd’­hui, je suis très en colère. Je suis une victime colla­té­rale des braqueurs et ma famille a été victime de ça. Ce qui ne dérange le plus, c’est que mon nom soit cité. Que je sois dans des fichiers, mélangé avec les plus gros crimi­nels. C’est ça qui me dérange. J’ai envie d’être la personne la plus lambda. Comme si je n’exis­tais pas. Je veux rede­ve­nir quelqu’un qui n’existe pas en fait. C’est stres­sant à chaque fois qu’il y a un contrôle de poli­ce… J’y pense tous les jours. Il n’y a pas un moment où je n’y pense pas. »

Voici

Les commentaires sont fermés.