Modern technology gives us many things.

Booba et Kaaris en détention provisoire : ce qui a poussé le tribunal a prendre cette sanction

Depuis le 4 août, Booba et Kaaris sont enfermés dans deux prisons différentes dans l’attente de leur jugement. Une détention provisoire que beaucoup de proches des rappeurs estiment injuste. Pourtant, le tribunal avait une bonne raison de prendre cette décision.

 L’aéroport d’Orly se serait bien passé des turbulences dont il a été victime au beau milieu de l’été. Ce mercredi 1er août, alors qu’ils se rendaient tous les deux – chacun de son côté – à Barcelone, Booba et Kaaris sont tombés l’un sur l’autre (au sens propre du terme).  Les deux rappeurs rivaux se sont battus au centre du terminal ouest du Hall 1, mettant ainsi à sac une boutique de duty free – dans laquelle ils se sont servis de bouteilles de parfum pour se les éclater sur la tête. Aussi violente qu’incongrue, cette altercation a entrainé le retard de sept avions et la fermeture de l’aérogare durant de longues heures. En tout, ce ne sont pas moins de 1803 personnes qui ont été impactées par ce combat de coq. Très vite arrêtés par les forces de l’ordre, les deux rappeurs ont été jugés en comparution immédiate avant d’être incarcérés en détention provisoire. Et si cette décision est jugée disproportionnée par beaucoup de proches des artistes, elle n’a pourtant pas été pensée au hasard.

 

Le verdict est tombé. En attendant leur procès, Booba et Kaaris se retrouvent derrière les barreaux jusqu’au 6 septembre. Écroués dans deux prisons séparées (Booba est à Fleury-Mérogis en Essonne et Kaaris à Fresnes dans le Val-de-Marne), les figures de la sphère rap reçoivent le soutien de nombreux de leurs collègues. «  7 ans + 100 000 euros pour une bagarre… Et Benalla dans tout ça ?  », a notamment tweeté Damso en faisant référence à la peine encourue par les deux ennemis. D’autres piliers de la scène hip-hop trouvent même que le traitement réservé à leurs amis est comparable à l’affaire Cahuzac et crient donc à l’injustice Interrogé par Libération, un avocat pénaliste a expliqué pourquoi le tribunal avait pris une telle sanction en plaçant les rappeurs en détention provisoire si rapidement.

 

Booba et Kaaris en prison : le tribunal avait peur que les rappeurs réitèrent

« Il y a des critères très précis, inscrits dans la loi 144, qui traite de la détention provisoire, explique Stéphane Babonneau. Et dans ce cas précis, je pense que c’est le risque de réitération qui a poussé le tribunal à prendre cette décision. » C’est donc le risque d’une nouvelle rixe qui a influencé ce jugement. Désormais enfermés, Booba et Kaaris n’auront effectivement pas la liberté de faire renaître une guerre dans les prochains jours. Et quant à l’éventualité de retrouver leur liberté au moment du jugementet après ce passage par la case prison, Stéphane Babonneau n’y croit absolument pas. « Il faut de nouveaux éléments. Les délais sont trop courts.  » Espérons que les barreaux facent vite place OKLM (au calme).

 

Voici

Les commentaires sont fermés.