Modern technology gives us many things.

Bill Gates s’insurge contre la politique fiscale de Trump. Le milliardaire voudrait payer plus

Bill Gates n’approuve pas la reforme fiscale de Donald Trump aux Etats-Unis. Il la qualifie de  »régressive ».

Lors d’une récente interview accordée à CNN, le fondateur de microsoft a expliqué qu’il a payé plus d’impôts que les autres aux États-Unis et ne voulait pas arrêter. « J’ai payé plus d’impôts que les autres, plus de 10 milliards de dollars », dit-il, se référant à la réforme fiscale, approuvée par l’administration Trump. « Mais le gouvernement devrait exiger des personnes ayant mon statut des cotisations beaucoup plus élevées ».

« Ce n’est pas une loi fiscale progressiste. C’est une loi fiscale régressive », a considéré Bill Gates, arguant que les avantages bénéficieraient aux super-riches contrairement aux affirmations des républicains selon lesquelles cette réforme vise à profiter aux travailleurs et à la classe moyenne.

« Les gens les plus riches ont obtenu des avantages bien supérieurs à ceux de la classe moyenne ou des pauvres, donc c’est contraire à la tendance générale qui veut que l’on préfère voir bénéficier de filets de sécurité sociaux renforcés et que ceux qui sont au sommet qui paient des impôts plus importants », a commenté le milliardaire.

Donald Trump est persuadé que sa réforme fiscale est un « nouveau miracle économique ». L’on se souvient qu’en décembre 2017, le président américaine avait déclaré que durant sa présidence 2,2 millions d’emplois ont été créés et le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis 17 ans.

Aux États-Unis, il y a un double régime fiscal. Ce double système découle du concept de fédéralisme. Les Américains doivent donc remplir une déclaration d’impôt fédéral et une déclaration d’impôt d’État.

Deuxième homme le plus riche du monde derrière le fondateur d’Amazon Jeff Bezos, le cofondateur de Microsoft a une fortune estimée à plus de 90 milliards de dollars dont il a orienté une grande partie vers des causes humanitaires et la recherche médicale notamment.

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.