Sébastien Destremau
French skipper Sebastien Destremau reacts near his monohull on the eve of the start of the Vendee Globe Challenge sailing race at Les Sables d'Olonne on France's Atlantic coast, western France, November 5, 2016. REUTERS/Stephane Mahe © PHOTO NEWS / PICTURE NOT INCLUDED IN THE CONTRACTS

Le 6 novembre 2016, 29 marins ont pris la mer, depuis les Sables-d’Olonne en Vendée, pour une course autour du monde sans escale et sans assistance. 18 ont franchi la ligne d’arrivée, plusieurs semaines plus tard. Armel Le Cléac’h fut le premier à revenir à bon port, le 19 janvier, après 74 jours de course. Sébastien Destremau a mis 50 jours de plus: il fut le dernier à passer la ligne d’arrivée, le 11 mars 2017. Ce « vagabond des mers », qui a décidé de participer à la course comme « poussé par une force invisible », conte son histoire épatante et émouvante dans un livre, « Seul au monde » paru chez XO Editions.

Loin des champions taillés pour la victoire, Sébastien a été jusqu’au bout de lui-même dans une épreuve qui ne pardonne aucun faux pas. Le Vendée Globe est « une course sans pitié ». Sébastien a dû résoudre des problèmes techniques, affronter une météo capricieuse, violente, soigner des côtes cassées. La mort est une compagne silencieuse mais bien présente. « J’ai toujours su que ça pouvait arriver. J’avais fait ce qu’il fallait: j’avais dit aurevoir à mes enfants avant de partir. Moi je n’ai pas de problème avec le fait de mourir, ce qui m’emmerde c’est le passage entre la vie et la mort. Il faudrait que ça soit rapide. Tomber à l’eau et voir mon bateau partir, les dix minutes avant la mort, ça, ça ne me plaît pas trop. Mais je peux mourir, je m’en fous. J’ai rempli ma vie largement. »« Qu’est-ce que je fous là? »
Sébastien a privilégié l’aventure humaine aux équipements techniques de pointe, préparant son bateau « simple, fiable et performant » avec ses proches. « Je n’ai pas l’intention de me la couler douce », écrit-il dans son livre, alors qu’il se prépare pour le grand départ. « Qu’est-ce que je me prouverais à me la couler douce? Si le Vendée Globe m’attire, c’est parce qu’il n’y a pas de course plus dure au monde. » Le 6 novembre à 13h, alors que son ami Grégoire coupe la dernière amarre, comme promis quatre ans plus tôt, Sébastien regarde la terre s’éloigner et s’interroge: « Qu’est-ce que je fous là? »

Il a aujourd’hui la réponse. Sébastien Destremau a sondé le fond de son âme. La solitude lui a permis de régler des comptes avec son passé. Et au passage, il a fait rêver des milliers de gens. « Il suffit de le vouloir », nous confiait-il cette semaine à Bruxelles. « Ça vaut pour tout le monde et pour tout. Certains mettent leurs rêves au placard parce que le chien, la caravane, le travail, la grand-mère, l’école… Si ce livre permet aux gens de basculer du rêve à la décision, c’est super. C’est le pas le plus dur à faire. Je ne donne pas de leçon. Mais en prenant la décision d’y aller, on a déjà la satisfaction d’avoir pris la décision. Après, c’est de la mise en place. Dans cette mise en place de ce projet plus ou moins grandiose, que ça soit de partir en camping car faire le tour du monde ou de construire une maison, on emmène ses proches, son entourage avec soi, on va en parler, ça va occuper des soirées. »

Sébastien se souvient que son rêve est devenu celui des autres. Il se rappelle d’une pizza partagée dans la nuit avec un vieux copain, agent immobilier. « Il était minuit, on réparait un truc, et il me disait: ‘La vie, c’est ça!' » Ses grands enfants, qui ne lui adressaient alors pourtant plus la parole, ont suivi son Vendée Globe avec attention grâce aux médias et son frère, avec lequel il était fâché pour une histoire d’héritage, l’attendait tout naturellement à l’arrivée. « On emmène des gens avec soi. C’est très gratifiant. »

« Je n’ai toujours pas allumé une radio ou une télévision »
Sébastien Destremau a passé quatre mois en mer dans la solitude la plus totale, évitant de jeter un oeil au classement de la course et coupé de l’actualité. « J’étais très, très bien seul », glisse-t-il dans un sourire. « Je n’avais pas envie que ça s’arrête. Je n’ai toujours allumé une radio ou une télévision. Ça ne m’intéresse pas. Je n’ai pas envie de replonger là-dedans. » Le marin n’avait pris aucune distraction. Ni livres, ni photos, ni cigarettes. « Je n’ai pas fumé une seule fois pendant le Vendée Globe mais je n’avais pas l’intention de m’arrêter. Quand j’ai coupé la ligne d’arrivée, c’est la première chose que j’ai faite. »

Dans son livre, il parle de l’ennui qui stimule la créativité. « Oui, j’ai eu le temps de m’ennuyer. On est aux aguets mais j’avais du temps: mon seul divertissement, c’était les albatros, les vagues. Quand on s’ennuie, on est créatif. Le succès médiatique de cette opération a été en grande partie dûe au fait que je me suis ennuyé. L’histoire qu’on veut raconter, on va mieux la raconter, on va la peaufiner. La qualité des vidéos que j’ai faites (voyez-les ici), le rendu, même si ce n’est pas professionnel parce que je n’avais pas les outils à bord, c’était riche. On m’a vu régulièrement. »

Après l’adrénaline de la course, Sébastien aimerait « faire une vraie émission de télé sur la mer, la voile. »En France, on a de la chance: on est très regardé, très envié mais on est mal organisé en télé: c’est très ponctuel, en fonction des événements. Je voudrais aussi en profiter pour changer le message qu’on véhicule sur les océans qui me gonfle. Dire que les océans sont dégueulasses ça n’empêche pas les gens de jeter leurs merdes dedans. J’en ai ras le bol qu’on communique sur le négatif. C’est ce qu’on fait tout le temps: on communique sur le négatif, ça nous pourrit la vie, ça met une ambiance de merde. On peut faire passer les mêmes messages d’une autre façon. »Ensuite, il y aura sûrement un nouveau Vendée Globe. Là encore, Sébastien ne promet pas de résultats ni recours à la technologie de pointe. « Un projet haute technologie, ça veut dire gros budget, hautes ambitions, objectif de résultats. Moi je ne peux pas envisager un résultat sur un Vendée Globe. Je sais ce que je vaux. Je suis capable de faire un Vendée Globe, je suis capable de le finir mais pas d’être classé là-haut. Je n’ai pas d’expérience, je suis trop vieux, ce n’est pas mon métier. »

Peur panique des profondeurs
Sébastien n’arrive d’ailleurs toujours pas à réaliser qu’il a bouclé le Vendée Globe. « J’ai cette faculté, depuis tout petit mais que j’ai beaucoup travaillé lors de la Coupe de l’America, à me regarder faire les choses. Ça m’a beaucoup aidé: il y avait beaucoup de choses que je savais pas faire ou que je ne voulais pas faire. Aller changer une voile en pleine nuit quand il fait moins 12 degrés, je n’ai pas envie, il vaut mieux envoyer quelque d’autre », sourit-il.

D’ici le prochain départ, dans quatre ans, le Français aura peut-être réglé son problème de peur panique des profondeurs. Un comble pour un marin. « J’ai peur de l’eau qui est à côté du bateau mais je suis sur le bateau, donc ça va. J’ai été invité à faire un stage de plongée cet été. Je vais le faire. Je ne me vois pas plonger en bouteille pour aller visiter une épave: j’ai une peur bleue. Mais là, je vais le faire. » La recherche de l’adrénaline, encore une fois…

7sur7

PARTAGER