Modern technology gives us many things.

Bamako décrète trois jours de deuil pour ses « martyrs » de Kidal

Le Mali a décrété mercredi trois jours de deuil national en hommage à ses militaires et civils tombés pour les uns, et assassinés pour les autres, lors des combats de samedi dernier à Kidal, dans le nord-est du pays.
Les drapeaux seront mis en berne sur toute l’étendue du territoire national à compter de ce vendredi zéro heure, date de début de cet hommage national de trois jours, a-t-on indiqué à l’issue d’un Conseil des ministres.

Plusieurs mosquées, églises et autres lieux de culte se préparent à organiser parallèlement des séances de prière collective, a-t-on par ailleurs appris de sources concordantes dans la capitale malienne.

Lors d’une visite du Premier ministre Moussa Mara à Kidal, de violents combats ont opposé samedi les forces de sécurité maliennes à des groupes armés faisant, selon Bamako, un bilan de 36 morts et 87 blessés.

Huit personnes, dont deux préfets et sous-préfets de la région de Kidal ont aussi été assassinés en marge des combats, a-t-on rapporté de source onusienne confirmée par les autorités maliennes.

Ces assassinats ont été perpétrés par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), l’un des groupes armés actifs dans le nord du Mali, ont conjointement rapporté la Fédération internationale de la ligue des droits de l’homme (FIDH) et l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH).

Une trentaine de fonctionnaires, dont trois employés de la radio nationale, avaient été par ailleurs enlevés lors des combats de samedi. Tous ont été libérés sous la pression de la communauté internationale et solennellement accueillis lundi à Bamako.

Les commentaires sont fermés.