Modern technology gives us many things.

Affaire Tapie : Claude Guéant placé en garde à vue

L’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant a été placé en garde à vue, lundi 26 mai, dans le cadre de l’arbitrage Tapie, peu après son arrivée à la Brigade financière, à Paris. Les enquêteurs cherchent à savoir s’il a joué un rôle moteur dans la décision, à l’automne 2007, de préférer un tribunal privé à la justice ordinaire pour régler le vieux différend entre le Crédit lyonnais et Bernard Tapie sur la revente d’Adidas.
A l’issue de sa garde à vue, Claude Guéant peut être relâché sans charge ou présenté aux juges pour une éventuelle mise en examen. Dans cette affaire, cinq personnes ont été pour l’heure mises en examen pour escroquerie en bande organisée, dont Bernard Tapie.
Interrogé sur une réunion clé
Désormais avocat, Claude Guéant, 69 ans, va devoir détailler ses relations avec Bernard Tapie et expliquer les nombreuses visites de l’homme d’affaires à l’Elysée, en 2007 et 2008, durant une période cruciale pour l’arbitrage controversé dont a bénéficié Bernard Tapie. Parmi elles, une réunion clé, qu’il avait convoquée, fin juillet 2007, en présence de Bernard Tapie.
En mars 2013, les juges ont estimé que Claude Guéant avait été “destinataire, dès 2005 alors qu’il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy [alors ministre de l’Intérieur], puis ultérieurement, en sa qualité de secrétaire général de la présidence de la République, de nombreuses demandes d’intervention de monsieur Bernard Tapie et de son avocat Me Lantourne, en lien avec ces contentieux et leurs prolongements, notamment sur l’aspect fiscal”.
Devant les enquêteurs, Stéphane Richard, un des mis en examen, a expliqué que son “interlocuteur à l’Elysée sur ce dossier [avait] été Claude Guéant”, “apparu dès le départ très impliqué sur cette affaire”. Les magistrats parlent “d’implication personnelle” dans le processus.

 

Les commentaires sont fermés.