Modern technology gives us many things.

Abdou Diouf réitère son appel pour « un strict respect » à la liberté de la presse

Le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf, a réitéré mercredi son appel pour  »un respect strict » de la liberté de la presse, annonce un communiqué transmis à l’APS, en prélude à la commémoration de la journée mondiale de la presse prévue le 3 mai prochain.

Cette année, l’OIF a voulu s’associer à l’UNESCO pour organiser, le lundi 5 mai, en marge de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, une table-ronde dédiée spécifiquement au travail des journalistes en période électorale dans ses pays membres.

« Une élection démocratique ne se limite pas à l’acte de voter. Elle dépend aussi de l’accès, par les électeurs, à toutes les informations pertinentes quant au déroulement, aux enjeux et aux modalités du scrutin et de ses acteurs. Or, seuls des médias libres peuvent garantir la transmission de telles informations », a déclaré M. Diouf.

Selon lui, elle constitue  »un pilier central des démocraties, parce qu’elle figure au rang des engagements inscrits dans la Déclaration de Bamako de novembre 2000, parce qu’elle a été réaffirmée avec force par le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Kinshasa en octobre 2012, la liberté de presse, inscrite dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, doit être assurée partout ».

M. Diouf a rappelé, toutefois, que cette liberté de la presse doit s’accompagner d’un respect scrupuleux des règles de déontologie professionnelle.

Les commentaires sont fermés.