Modern technology gives us many things.

Abdou Diouf raconte comment il a été trahi par un grand marabout

Abdou Diouf ouvre son album souvenirs. De son enfance à la Francophonie, en passant par ses fonctions de gouverneur, de ministre, et de président du Sénégal, il raconte, dans ses Mémoires, (Editions Seuil) qu’il vient de publier, ses meilleurs souvenirs, mais aussi, et surtout, les trahisons,

« C’est à partir du moment où je fus relevé de mes fonctions de gouverneur de Sine Saloum que, pour la première fois, je fus véritablement confronté à l’ingratitude des hommes. J’ai pu alors constater que tant que vous êtes autorité, les hommes vous sont fidèles et sont à vos pieds, mais dès que vous êtes en disgrâce, ou qu’ils vous y croient, certains d’entre eux n’ont plus de considération pour vous et vous tournent le dos.

C’est le cas de ce grand chef religieux qui, lorsque j’étais encore gouverneur, m’avait demandé de lui installer une coopérative dans un village de la région. Au moment de quitter mes fonctions, j’ai pensé qu’il valait mieux prendre l’arrêté avant de partir, afin que mon successeur puisse finaliser rapidement le projet. J’avais fait cela avec un zèle qui correspondait avec le respect que je vouais à ce guide. J’ai donc signé l’acte et j’ai voulu lui dire au téléphone de ne pas s’inquiéter, puisque j’avais tout fait. J’ai eu une grande surprise. Un de ses disciples m’a fait attendre longuement et, à la fin, quelqu’un d’autre a pris l’appareil pour me dire: « Gouverneur, le marabout vous salue bien, il m’a chargé de vous dire qu’il est très occupé en ce moment mais qu’il vous souhaite le meilleur. »

Je lui ai répondu que c’était tout juste pour lui dire que j’avais signé l’arrêté pour la coopérative. Dans mon for intérieur, je me disais que ce n’était pas possible qu’il me traitât ainsi.

Les commentaires sont fermés.