Modern technology gives us many things.

Comment Google vient il en aide à 500 millions d’utilisateurs actifs par jour dans le monde ?

En 2017, les requêtes sur Google, selon Business Insider, sont  de 30 000 milliards de pages indexées par Google, 3,3 milliards de requêtes effectuées chaque jour soit 100 milliards par mois. Sur ce, les 15% des requêtes sont nouvelles, soit 500 millions de nouvelles requêtes par jour.

Que l’on soit à Dakar ou à Abidjan ou Accra ou à Washington ou à Paris, ou à Londres ,ou à Berlin, Google en tant que moteur de recherche ne fait aucune distinction de pays, de nationalité ,de race et d’âge pour répondre aux requêtes qu’on lui adresse.

Les technologies de l’information et de la communication ayant fait éclater les frontières résultantes de l’histoire ont ouvert le continent africain et le reste des pays du tiers monde à la modernité occidentale dont les conséquences majeures induites sont : le changement important dans l’accès au savoir et à la connaissance et la modification substantielle du mode de vie des peuples du monde.

Aujour d’hui, la généralisation de l’internet a permis de démocratiser les conditions de l’accès au savoir et à la connaissance  et de multiplier les chances de réussite à l’école des millions de jeunes africains issus de familles modestes. Le savoir et la connaissance sont dans Google et pour y accéder, il suffit de disposer d’un téléphone et  d’une connexion internet.  Ce qui pourrait manquer chez les individus, c’est l’envie de savoir pas la disponibilité du savoir et de la connaissance.

Dans les faits, Google a remplacé petit à petit, la bibliothèque où on allait pour chercher des livres à lire et l’enseignant que l’on attendait pour lui poser une question que l’on avait sur la bouche etc.  Google, ce moteur de recherche omniscient qui a  pratiquement toutes les réponses à toutes les questions que l’on pourrait se poser est l’allié quotidien et de tous les instants des personnes en quête de réponses à des questions au cœur de leurs préoccupations.

Chaque jour que Dieu fait, 500 millions de nouvelles requêtes  sont adressées à Google dans différentes langues en vue d’obtenir des réponses. Tout cela est possible grâce à la science et à la technologie mais aussi et surtout à la générosité de plusieurs millions d’institutions, d’organisations non gouvernementales et de personnes indépendantes qui ont daigné partager avec le monde leurs savoirs et leurs connaissances.

Au-delà de cette générosité palpable de personnes en vers d’autres personnes du monde entier,  Google est aussi un outil de marketing extraordinaire sur l’échelle du marché international. Cependant, la présence sur Google requiert une opération que l’on l’appelle la googlesisation. Google permet  d’effectuer la googlisation de plusieurs choses.  C’est ainsi que l’on peut googliser une image, un candidat et un nom etc. Etre présent sur Google, selon  le positionnement que le demandeur a, à la demande, renseigne sur le degré de lisibilité et de visibilité du demandeur  (Personne morale ou physique).

Ainsi, à partir d’une requête formulée à Google, on peut obtenir des informations qui renseignent sur son positionnement par rapport à ses concurrents. Quand  le demandeur est une institution publique ou une organisation non gouvernementale ou une entreprise, le positionnement occupé sur Google suite à une demande,  permet d’apprécier la lisibilité  et  la visibilité du demandeur.

Cet audit simple que n’importe qui peut faire est important pour savoir en tant que demandeur le positionnement que l’on occupe sur Google. Le positionnement obtenu par le demandeur le renseigne exactement sur son positionnement par rapport à ses concurrents. Au total, Google n’est pas que uniquement un moyen qui permet aux jeunes africains d’accéder à une mine de savoirs et de connaissances inépuisables pour se développer mais un champ de bataille de positionnement des entreprises également.

Dans la vraie vie,  les enseignants, les élèves et les chercheurs de tous les bords,  face à un problème de toutes sortes (orthographe, grammaire, histoire, géographie, physique, chimie, politique etc.) interrogent  Google en lui adressant une requête.  Ainsi donc, quotidiennement, Google est interrogé par 500 millions d’utilisateurs actifs par jour avec de nouvelles questions. Sans aucune forme d’hésitation, il les répond immédiatement, sans les minimiser et sans les mépriser pour leur ignorance exposée. Au contraire, Google  les traite avec respect et d’égale considération.

La vérité est qu’avec Google, les jeunes africains ont la possibilité d’apprendre de nouvelles choses à chaque instant, où qu’ils se trouvent, pourvue qu’ils aient des ordinateurs ou des téléphones et une connexion internet à leur portée.  Disponible, Google participe ainsi, à compléter le déficit de quantum horaire et à pallier les insuffisances pédagogiques de l’école. Par ailleurs, il favorise sans nul doute, le développement de l’auto-éducation et de l’auto- formation dont les jeunes africains doivent pourvoir tirer profit avec l’aide de leur gouvernement. Google peut renforcer les systèmes éducatifs nationaux des pays à revenus faibles où l’accès à l’internet est démocratisé à condition que son utilisation soit encadrée et orientée exclusivement à atteindre des objectifs pédagogiques.

Aujour d’hui, si l’utilisation de Google est ancrée dans les réflexes et mode de vie des populations plus particulièrement chez les enseignants, les apprenants et les chercheurs de tous les  bords en quête de réponses à des questions qui les préoccupent, on le doit surtout à sa disponibilité et sa capacité de réponse aux requêtes qu’on lui adresse quotidiennement (3,3 milliards par jour dont 15% de nouvelles requêtes soit 500 millions de nouvelles requêtes.)

Parfois ,répondant à des questions vitales sans distinction de race, de nationalité et d’âge, en toute souveraineté et dans l’indépendance totale, Google nous permet , non seulement de gagner du temps de recherche dans la quête d’une réponse à une question que l’on a sur les lèvres mais aussi, nous évite le déplacement pour aller à la rencontre de quelqu’un  pour obtenir une réponse à une question que l’on se pose. En conséquence, l’enseignement de l’utilisation à des fins pédagogiques de Google comme outil de recherche de savoir et de connaissance à l’école, pourrait contribuer à armer davantage les jeunes africains férus de connaissances et de science en renforçant leurs capacités intellectuelles et leurs performances académiques.

Enfin, relativement au développement de l’auto-éducation et l’autoformation individuelle et personnelle, Google est un outil indispensable à la portée de toutes et de tous notamment des jeunes africains. Et pour accompagner les politiques publiques de développement des ressources humaines, les Etats africains, se doivent intégrer dans l’enseignement notamment aux niveaux du primaire et du secondaire, l’utilisation de Google comme outil pédagogique et de recherche de savoirs et de connaissances. Cependant, dans ce cas, il est impératif d’encadrer pédagogiquement l’utilisation de Google à l’école, pour qu’il puisse participer de manière efficace au développement des ressources humaines en Afrique.

Par Baba Gallé DIALLO

Les commentaires sont fermés.