Modern technology gives us many things.

Assane Ndiaye : portrait du lauréat du grand prix du chef de l’Etat

Les résultats du concours du meilleur enseignant du Sénégal sont connus et c’est un fils de Mbacké qui a remporté le grand prix du chef de l’Etat. En effet, c’est le professeur de lettres modernes, Assane Ndiaye, qui est sorti vainqueur de ce concours. Portrait d’un enseignant dont le seul amour pour l’école sénégalaise et sa passion pour la lecture a pris le dessus sur les deux autres candidats.

Dans le quartier populeux de Mbacké Khewar, le premier lauréat du Prix du chef de l’état pour le meilleur enseignant est connu de tous.  Le quartier est réputé etre le bastion des travailleurs du secteur informel où se lèvent chaque jour des mécaniciens, des menuisiers, des commerçants, des chauffeurs pour aller monnayer leurs talents et leurs forces dans les ateliers, les magasins et les commerces ainsi que les véhicules de transport en commun. C’est là que vit Assane Ndiaye, professeur  de lettres modernes en service au lycée de Mbacké 2. Du haut de ses 1,80 mètres, le nouveau lauréat est  né le 21 septembre 1966 à Matam, le professeur Ndiaye est polygame et père de 11 enfants reste toujours les pieds sur terre. En atteste le partage des verres de th é avec ses amis et proches après avoir décroché une cagnotte de 20 millions de francs n’a nullement ébranlé le meilleur enseignant du Sénégal. Sa participation au concours, c’est le censeur de son école qui lui a demandé  d’engager sa candidature car connaissant ses capacités et son engagement après avoir capitalisé 27 années d’expériences dans le métier d’enseignant après avoir reçu le décret organisant le concours. Assane Ndiaye a fait ses humanités à l’école Mame Mor Diarra une école élémentaire mythique créée avant les indépendances, située en face de la mairie de Mbacké. A près l’obtention de l’entrée en 6e, il intègre le collège d’enseignement moyen Gaindé Fatma jusqu’à l’obtention du Brevet de Fin d’Études Moyennes ­communément appelé BFEM avant d’etre orienté au lycée Technique Ahmadou Bamba de Diourbel parcequ’à l’époque la ville de Mbacké ne disposait pas encore de lycée et par conséquent les élèves admis devaient être orientés au lycée Malick Sall de Louga ou au lycée Malick Sy de Thiès. Ayant des dispositions en mathématiques, l’enfant de Mbacké Khewar est orienté à la série E  maths- physiques, construction mécanique et fabrication mécanique. Constatant un échec après la première partie, il prend la balle au rebond pour se présenter à un concours du CFPT SÉNÉGAL- JAPON et il est affecté au lycée Limamoulaye de Guediawaye pour 02 années de Brevet Technique mécanique- auto. Son amour pour la lecture le pousse à se présenter à un autre concours du Centre de Formation et de Perfectionnement Pédagogique CFPP Djibril Dione de Dakar où il a été reçu et formé pendant 01 an avant d’être affecté à Podor dans un village qui s’appelle Njirba le premier village du département. Le Certificat Élémentaire d’Aptitude Pédagogique en poche, Assane Ndiaye pense à élever son niveau professionnel en passent des passerelles comme le Brevet Supérieur de Capacité numéro1 et numéro2 au lieu d’attendre au frigo pendant 04 ans pour passer autre diplôme.  Ayant réussi avec brio le Certificat d’Aptitude Pédagogique, il obtient une affectation dans l’Inspection de l’Éducation et de la Formation de son département dans un village qui s’appelle GOUYE-GUI où il a séjourné pendant 15 ans. Ses plus grandes réalisations de sa carrière ont été faites dans ce village situé à une quinzaine de kilomètres de Mbacké. Toujours en quête de parchemins, il décroche le diplôme de CAP pratique  et se présente comme candidat individuel au Bac. Le Baccalauréat en poche, le directeur de cette école devenue populaire grâce à ses nombreuses réalisations et ses résultats élogieux. En 2000 déjà, il est désigné meilleur Maitre pour avoir eu 100 /100 dans une classe multigrade CE2-CM2 ce qu’on appelle une combinaison éloigné ce qui a poussé l’USAID avec le projet JOKK le gouvernement scolaire est expérimenté à GOUY-GUI. La DRTS a couvert un conseil des ministres décentralisé et diffusé à la RTS. Ces bons résultats avec les classes multigrades a motivé les autorités académiques dirigés par l’Inspecteur Gaston Sangaré a le désigner ipso facto formateur des enseignants tenant des classes  multigrades. Assane Ndiaye participera aussi  à la formation en langue nationales et la rédaction du schéma directeur. Son passage a la direction de l’école de GOUY-GUI a permis la clôture de l’école par un mur de clôture de 400 mètres, un reboisement, un bois scolaire, des fresques murales et une adduction d’eau. Selon lui l’environnement scolaire joue un rôle fondamental dans l’acquisition des connaissances car c’est un intrant de qualité. Des sorties pédagogiques furent  organisées au bénéfice des enfants car pour lui l’élève doit avoir  la possibilité de voir de visu les réalités enseignées dans les cours théoriques. Toujours dans la quête de l’excellence et du savoir, Assane tente  le concours probatoire pour être  inspecteur de l’enseignement où il est reçu et est admissible avant d’être recalé ensuite. Loin de se décourager il se présente au concours de Normalien Instituteur et réussi en 2009 ; l’année suivante, il intègre le département des lettres modernes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il a fait un parcours élogieux sanctionné par des mentions ensuite il est formé pour deux ans à l’école normale supérieure où il sort major avec le F1 B1 en première année  et B2 en deuxième, il décroche le CAES puis affecté au lycée Mbacké 2 comme professeur de Lettres Modernes.

Avec une expérience et un don dans l’enseignement, Assane Ndiaye a eu à encadrer des collègues candidats au CAP et encadre gratuitement des élèves de son quartier défavorisé là où ses collègues monnayent leurs talents car il prend l’enseignement comme un sacerdoce. Au-delà des études, il s’essaie dans le football en jouant dans l’équipe de son quartier où le brassard de capitaine lui est confié  de par ses qualités de leadership qu’il a toujours développé et après avoir quitté les terrains il fut délégué à l’ODCAV où il a dirigé la CQRP pendant 03 ans et a eu à tisser beaucoup de relations dans le mouvement. Sa perception de l’enseignement est que c’est un métier qu’il faut embrasser par passion d’abdord  qui nourrit son homme mais ne peut pas l’enrichir. La noblesse de ce métier fait que l’enseignant agit sur des âmes tandis que les autres agissent sur la matière morte et la chance  de l’enseignant est de former et de bâtir l’homme cela exige une persévérance, une conscience professionnelle  aigue et également aussi une foi ardente mais s’il s’agit d’attendre beaucoup de millions de ce métier ce n’est pas possible. Pour lui, tout enseignant souhaite vivre dans des bonnes conditions de vie pour mieux se concentrer sur son travail. Le grand prix du chef de l’état est une reconnaissance de la fonction qui peut s’inscrire dans une dynamique de pacification de l’espace scolaire de façon durable  car selon lui les enseignants qui sont toujours considérés comme des contestataires peuvent au moins y trouver une marque de reconnaissance à la corporation.  Le lauréat du premier grand prix du chef  de l’état prend la défense des enseignants qui s’adonnent au phénomène de KHAR MAT  qu’il qualifie de prolongement des activités scolaires après ses heures normales de cours dans son école qui a certes des avantages mais aussi des inconvénients comme la fatigue et le surdosage et ne pourra pas etre productif.

En ayant été nominé Meilleur Enseignant du Sénégal, Assane Ndiaye a le sentiment du devoir accompli et dédie ce sacre à ses parents qui l’ont toujours soutenu et c’est le fruit de la persévérance dans la voie de l’effort car comme il aime à le dire l’effort soutenu ne trahi jamais.

Revenant un peu sur le discours tenu à la suite de sa nomination, il a voulu confirmer son statut de leadership rn sa qualité de professeur de lettres modernes ; dès lors,  sa pensée était tournée vers  Mariama BA écrivaine de renom  dans son roman extrêmement pertinent une si longue lettre. Dans une page de ce roman, elle faisait l’apologie et l’éloge des instituteurs en jouant aussi le rôle d’avocate  pour défendre la corporation. Car comme elle aimait à le dire l’enseignant façonne des âmes et elle avait senti que ce secteur qui mérite beaucoup plus de considération n’était pas bien pris en compte. Il cite la romancière : les enseignants,  ceux du cours maternel autant que ceux  des universités forment une armée noble aux exploits quotidiens jamais chantés, jamais décorés, armée toujours en marche toujours vigilante, armée sans tambours, sans uniforme rutilants, cette armée là déjouant pièges et embuches, plante partout le drapeau du savoir et de la vertu. Fin de citation

Cette plainte de Mariama Ba est aussi la plainte des enseignant c’est pourquoi dira – t-il a été satisfaite par le président qui vient instaurer un prix et ce discours tiré de l’œuvre de la romancière a fait frissonner plus d’un ce qui a même poussé le Président Macky Sall très touché et séduit à doubler la mise de départ qui était de 10 millions. Un sentiment de fierté a animé le nouveau lauréat qui a pensait subitement à la ville de Mbacké qui a sauté de joie en apprenant la nouvelle. Son amour pour ses parents l’oblige à rester à leur coté pour les accompagner malgré le fait qu’il a construit une maison mais préfère rester dans le cocon familial. La politique ne semble pas trop ébranlé le professeur de lettres qui hésite toujours à se lancer sur ce terrain un peu glissant même s’il approuve positivement la politique qu’il juge nécessaire car même le Prophète PSL en faisait. Il  accompagne cependant un ami  politicien du nom de Abdou Karim Fall non pas par conviction mais par amitié car il cautionne les actions posées par ce dernier avec qui il a partagé beaucoup de choses dans la vie.

Dans un autre registre, Assane Ndiaye anime des émissions dans la station de SUD FM 91.2 dirigée par Touty Seye ; en embrassant cette parenthèse de communication, il dira comme il enseigne de jour comme de nuit,  choisir de saisir l’occasion offerte par la radio pour présenter une émission mythique les cerveaux du Baol genre Citizen match de la RTS, une façon d’occuper les élèves pendant les vacances en joignant l’utile à l’agréable mais aussi faire profiter aux élèves l’univers de la radio. Il se glorifie aussi du fait qu’une participante à cette émission est piquée par le virus des média ce qui l’a poussé à tenter le concours du CESTI où elle a réussi après l’obtention du bac. Ensuite il a animé tous les vendredis entre 16heures et 18 heures l’émission JATAYU JANG AK JANGALE  pendant deux ans qui recevait les inspecteurs, les professeurs et les instituteurs en langue arabe ou française pour  discuter de pédagogie et certaines questions ayant trait au système éducatif ect…

Coté jardin, le Baol Baol bon teint aime beaucoup le poisson, la viande grillée et le lait caillé dénonce le fait qu’on pense que l’enseignant n’arrive toujours pas à joindre les deux bouts. Il estime que ‘est juste un problème d’organisation et de foi car le sénégalais calcule trop cette  conception occidentale qui fait qu’on nous inculque  des clichés et des paradigmes que nous avons des difficultés a s’extirper, le polygame pense que le Sénégal a une vocation de vie communautaire.

Son amour et sa passion pour la lecture qui le pousse à continuer à écrire et à etre utile à son pays après sa retraite  et ignorant ce que demain sera faite il se met toujours au service de l’école qu’il aime par vocation et non pas par volontariat ou par la vacation comme certaines personnes qui entrent dans le système sans amour.

ABDOU DIA Touba Mbacké pour xibaaru

Les commentaires sont fermés.