Modern technology gives us many things.

Zimbabwe: les dernières élections seront-elles celles du changement ?

Le Zimbabwe attend les résultats de ses élections. Des élections historiques, les premières sans l’ancien président Robert Mugabe, forcé de démissionner en novembre dernier suite à un coup d’Etat. Un scrutin qui a cristallisé beaucoup d’attentes dans le pays.

Les enjeux de ces élections générales sont importants. La Zanu-PF, au pouvoir depuis l’indépendance, arrivera-t-elle à se maintenir au pouvoir ? Ou le pays, tenu d’une main de fer pendant des décennies, passera-t-il à l’opposition ? Plus de 5 millions d’électeurs ont voté ce lundi 30 juillet. Le taux de participation est élevé environ 75¨%, selon la Commission électorale zimbabwéenne et surtout, le vote a eu lieu dans le calme, sans violence, contrairement aux scrutins précédents, entachés de violence. La Commission électorale a désormais jusqu’à vendredi pour publier les résultats définitifs, mais dès le lendemain du vote, les deux principaux candidats, le président Emmerson Mnangagwa, du parti au pouvoir, et le leader de l’opposition Nelson Chamisa ont revendiqué leur victoire.

Beaucoup d’attentes

Durant la campagne, tous les deux revendiquaient comme le candidat du changement dans un Zimbabwe fatigué par 37 ans de régime Mugabe, un pays a genou économiquement. Samedi devant lors d’un dernier rassemblement dans le grand stade foot d’Harare, le chef de l’Etat a promis s’il était élu de lutter contre la corruption et de relancer l’économie.

Dans la foule, de nombreux sympathisants venus de province s’enthousiasment : « C’est le meilleur candidat, acquiesce un jeune homme sans travail. Pendant que les autres se battent pour le pouvoir, lui travaille. Il fait venir des entreprises pour que les jeunes puissent travailler. Je vais enfin pouvoir avoir un travail alors que cela fait quatre ans que j’ai fini mes études ». Pour cette femme venue dans un bus affrété par la Zanu-PF, « Mnangagwa est mieux que Mugabe. Depuis qu’il est au pouvoir, cela va mieux dans les zones rurales », dit-elle avant d’avouer que le parti au pouvoir a récemment distribué de la nourriture et des couvertures dans son village.

A quelques kilomètres de là se tient le rassemblement de l’opposition. Devant près de 20 000 personnes, son leader, Nelson Chamisa, qui vient tout juste de fêter ses 40 ans, lance « j’incarne l’avenir », « j’ai les mains propres » a une foule jeune avide de changement. « Je vais voter pour Chamisa », indique Sheperd, un jeune au chômage. « On nous promet des nouveaux emplois. Mais jusqu’à présent, il n’y a rien. Nous avons des gens diplômés qui vendent dans la rue. Ça ne va pas. Nous voulons quelque chose de nouveau ».

De nombreuses incertitudes

Le jour J, dès six heures du matin, on pouvait voir de longue file d’attende devant les bureaux de vote de la capitale Harare. Signe de l’enthousiasme de la population. Un vote dans le calme, et sans violence aux grands soulagements de nombreux électeurs qui avaient encore en souvenir les dramatiques évènements de 2008 et 2013. A Harare South, une circonscription au sud de la capitale, bastion de la Zanu-PF, on se rappelle évidemment des violences des dernières élections, où des sympathisants de l’opposition avaient été sérieusement battus par des jeunes du parti au pouvoir. Mais cette fois, l’ambiance semble s’être un peu détendue, comme l’explique discrètement un électeur : « En 2008, l’opposition ne pouvait pas faire campagne ici, mais cette fois-ci, ils ont pu faire un rassemblement, et coller leurs posters, même si depuis, ceci ont été déchirés. C’est tout de même un gros changement ». Dans les bureaux de vote, difficile cependant de trouver un observateur d’un parti autre que la Zanu-PF. Voter pour l’opposition reste encore tabou. Personne ne veut en parler ouvertement. Mais le changement est là.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.