Mugabe

Quatre personnes ont été arrêtées vendredi 10 novembre, pour avoir hué la première dame du Zimbabwe, Grace Mugabe, alors qu’elle tenait un discours lors d’un rassemblement politique.

« Je peux confirmer l’arrestation de trois hommes et d’une femme », a déclaré le porte-parole de la police, Charity Charamba. « Le président de la République du Zimbabwe était l’invité d’honneur du rassemblement et ce qu’ils ont fait équivaut à saper l’autorité du président », a t-il ajouté.
Les quatre accusés ont été arrêtés pour avoir chanté « Nous détestons ce que vous faites », lors d’une réunion publique à Bulawayo, dans le sud-ouest du Zimbabwe.
Publicité

Cependant, le tribunal a autorisé leur libération contre le paiement d’une caution de 50 dollars par personne et leur a interdit d’assister au prochain meeting du chef de l’État prévu à Harare, la capitale.

« Je suis persuadé que les accusés sont de bons candidats à la libération sous caution, il n’y a pas de raison convaincante de contester leurs droits », a déclaré le juge Franklin Mkhwananzi.

L’avocat de la défense Tanaka Muganyi s’est réjoui de cette décision. « Le délit n’est pas grave, il n’est passible que d’une amende », a-t-il souligné.
Afrikmag

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here