Modern technology gives us many things.

La Zambie déclare la guerre aux poupées gonflables

En Zambie, la guerre est déclaré la guerre aux poupées gonflables jugées « contre nature » par le gouvernement conservateur.

Officiellement, aucun magasin ne les vend ouvertement et la police n’en a saisi aucune.

Mais cela n’empêche pas que la ministre des Affaires religieuses, Godfridah Sumaili, a décidé d’interdire tout commerce et toute utilisation de ces accessoires sexuels.

Aucun texte ne les prohibe explicitement, les poupées gonflables tombent, selon les autorités, sous le coup d’une loi qui interdit l’importation, la fabrication et la vente d' »objets obscènes », réprimées d’un maximum de 5 ans de prison.

Cette décision intervient après la récente publication d’informations sur l’arrivée en Zambie de poupées gonflables d’importation, apparemment en provenance d’Asie.

Ces informations ont enflammé les réseaux sociaux.

De plus en plus sophistiqués, ces accessoires de désir sont largement l’apanage, pour des raisons évidentes de coût, des pays occidentaux.

Selon leurs concepteurs, ils comblent la solitude d’hommes en manque de relations féminines réelles.

Ces déclarations ont suscité des réactions de l’opposition.

« Les poupées aident à lutter contre le Sida« 

Selon le parti libéral zambien des Patriotes du progrès économique (PEP), l’attitude du gouvernement vis-à-vis de ces objets coquins n’est qu’un énième exemple de la nature de plus en plus autoritaire du régime du président Edgar Lungu.

« L’argument selon lequel la Bible n’autorise pas l’utilisation d’objets est fausse. La même Bible encourage la liberté individuelle et ce serait une erreur d’emprisonner des gens sous prétexte qu’ils ont recours à des poupées gonflable », affirme son chef, Sean Tembo.

Selon lui, les poupées gonflables pourraient même avoir des vertus, notamment dans la lutte contre le sida qui infecte 12,4% de la population du pays.

« Les hommes peuvent utiliser des poupées gonflables et cela réduira les cas de sida », affirme Sean Tembo.

BBC Afrique

Les commentaires sont fermés.