Modern technology gives us many things.

Un homme confondu avec son sosie passe 17 ans en prison

Un homme emprisonné pour vol à main armée en 1999 réclame près d’un million de dollars d’indemnisation après que le véritable coupable a été retrouvé.

Metro UK rapporte que Richard Jones, originaire de Kansas City, a été libéré l’année dernière après qu’un juge a remis en question sa condamnation initiale. Il avait passé 17 ans en prison parce qu’un témoin avait confirmé qu’il était le voleur.

Fait intéressant, alors qu’il était en prison, d’autres détenus lui ont dit à plusieurs reprises qu’il ressemblait à un criminel du nom de Ricky Amos.

 

États-Unis : Un homme confondu avec son sosie passe 17 ans en prison (photos)

En 2015, Alice Craig, avocate à project for Innocence, une organisation de l’école de droit de l’université de Kansan, a pris l’affaire en main. Au cours de ses enquêtes, elle a découvert qu’à l’époque, Amos vivait dans la même ville que Richard Jones, près du supermarché où le crime avait eu lieu.

La condamnation de Jones reposait sur une identification par des témoins oculaires. Pourtant ces derniers avaient tous confié que le voleur avait la peau claire. Mais le jour de l’identification, Richard Jones a été placé aux côtés de cinq hommes afro-américains à la peau sombre. «Les témoins ne pouvaient que l’identifier, même s’il n’était pas coupable», avait souligné Alice Craig.

Il s’est avéré plus tard qu’il n’y avait aucune donnée d’ADN ou d’empreinte digitale associant Jones au crime.

Après des années en prison, Jones ne compte pas en rester là. Il affirme avoir été privé de sa liberté de voir grandir ses deux filles aujourd’hui âgées de 24 ans et 19 ans.

États-Unis : Un homme confondu avec son sosie passe 17 ans en prison (photos)

Mercredi dernier, il a déposé une pétition auprès de la cour de district judiciaire du Kansas, réclamant plus de 1,1 million de dollars d’indemnisation, soit environ 65 000 dollars pour chaque année des 17 années passées en prison pour un vol qu’il n’a pas commis.

« Cela a pris une bonne partie de ma vie et je ne pourrai jamais la récupérer. J’essaie juste de devenir stable dans ma vie quotidienne. »

« A cette époque, j’essayais d’être responsable en tant que père. Je n’étais pas parfait, mais j’étais une grande partie de leur vie, et quand j’ai été incarcérée, c’était difficile pour moi parce que j’étais habituée à être avec mes enfants. C’était une pilule difficile à avaler. »

Son avocat, Richard Ainsworth, a déclaré qu’ils espéraient obtenir un certificat d’innocence et une indemnisation qui permettront à Jones de vivre enfin sa vie.

 

 

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.