Modern technology gives us many things.

Trump rencontre Macron et loue sa « formidable victoire »

Le président américain Donald Trump a accueilli jeudi son homologue français Emmanuel Macron à l’ambassade des Etats-Unis à Bruxelles pour une première rencontre au cours de laquelle il a loué sa « formidable victoire ».

Melania Trump était également sur le perron de l’ambassade pour recevoir le nouveau président français, dont l’épouse Brigitte ne participait pas au déjeuner de travail, en marge d’un sommet de l’Otan.

Après la traditionnelle poignée de main, Donald Trump a longuement félicité son hôte, de plus de 30 ans son cadet.

« Un grand honneur pour moi »
« C’est un grand honneur pour moi d’être avec le nouveau président de la France, qui a mené une campagne incroyable et a remporté une formidable victoire », a lancé le président républicain.

« Tout le monde en parle à travers le monde. Bravo. Bien joué! », a-t-il ajouté, soulignant que les sujets de discussion seraient nombreux et que la lutte contre le terrorisme figurerait en bonne place.

« Je suis très heureux pour ma part aussi d’être avec le président Trump », a répondu Emmanuel Macron, évoquant, parmi la large palette de sujets à l’ordre du jour: la lutte contre le terrorisme et « les sujets climatiques et énergétiques ».

S’il n’avait pas explicitement pris position dans la campagne électorale française, certains des propos de Donald Trump avaient alimenté l’idée selon laquelle il aurait vu d’un bon oeil la victoire de la candidate d’extrême droite Marine Le Pen

A quelques jours du scrutin, il avait prédit que l’attentat perpétré sur les Champs-Elysées à Paris et revendiqué par l’organisation djihadiste Etat islamique (EI) aurait des répercussions de taille et « aiderait probablement » Mme Le Pen car « c’est la plus ferme sur les frontières ».

Au menu, chargé, du déjeuner entre les dirigeants français et américain: le sommet de l’Otan et celui du G7 qui s’ouvrira jeudi en Italie, les crises régionales (Syrie, Ukraine et Corée du Nord, entre autres), l’économie et le respect, toujours incertain, par la nouvelle administration américaine de l’accord de Paris sur le climat.

Autour de la table côté français, figurent Sylvie Goulard, la ministre des Armées, Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major particulier du président.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.