Modern technology gives us many things.

Trois ans après, tout a changé à Charlie Hebdo

Trois ans après l’attaque contre Charlie Hebdo lors de laquelle douze personnes, dont sept membres de la rédaction, ont été exécutées et onze autres blessées, l’hebdomadaire satirique a publié mercredi 3 janvier un numéro en forme de bilan. Les journalistes racontent leur quotidien compliqué et font part de leurs craintes. Ils regrettent aussi que les coûts exorbitants consacrés à la sécurité restent à la seule charge du journal.

« Trois ans dans une boîte de conserve », telle est l’accroche de la plus récente Une de Charlie Hebdo, une couverture qui nous montre un homme à la mine rageuse barricadé derrière une porte blindée lancer à travers le guichet entrebâillé à un jihadiste présumé « Le calendrier de Daech ? On a déjà donné. » Le dessin est signé Riss, l’actuel directeur de la rédaction de Charlie qui est aussi l’un des survivants de l’attaque du 7 janvier 2015. Blessé à l’épaule ce jour-là, il a succédé dans ces fonctions à Charb, l’un des sept membres de la rédaction de Charlie (avec Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski, Elsa Cayat et Bernard Maris) exécutés par les terroristes il y a trois ans, lors de l’attaque qui a fait douze morts et onze blessés au total dans le 11e arrondissement de Paris.

Trois ans après, ce numéro 1328 de Charlie Hebdo fait le bilan à travers plusieurs articles dans lesquels les auteurs évoquent les difficultés d’une vie quotidienne rendue extrêmement compliquée en raison des lourdes menaces qui continuent de peser sur la publication et aussi de leurs craintes pour eux, leurs proches et même par rapport à la viabilité du journal sur le long terme. Ceux dont la vie est la plus perturbée sont ceux qui ont fait l’objet de menaces de mort et qui sont accompagnés en permanence – c’est à dire 24 heures sur 24, 365 jours par an – d’au moins deux policiers en armes de la SDLP. Certains (pour des raisons de sécurité on ne connaît même pas leur nombre exact) se sont confiés à Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie depuis 2010 lui même protégé par la SDLP, et qui présente la sombre singularité d’avoir survécu à deux attentats dans Paris à 30 ans d’intervalle (au cinéma Rivoli-Beaubourg en 1985 et à Charlie en 2015), deux actes de terrorisme dont il a gardé de lourdes séquelles physiques.

« La boule au ventre »

«Je préfère mourir debout que vivre à genoux», disait Charb.AFP/FRANCOIS GUILLOT

Dans ce long article intitulé « Ce que ces trois années ont vraiment changé » qui relate les hauts et les bas traversés depuis janvier 2015, plusieurs membres de la rédaction font part de leurs peurs à l’intérieur et en dehors de ce « bunker » où Charlie s’est installé depuis 2015 et dont seules de très rares personnes connaissent l’adresse. « On ne peut pas raconter trop de détails sur la façon dont nous faisons depuis notre journal qui est le vôtre », confie Fabrice Nicolino. « On ne peut livrer des éléments que pourraient récupérer des tueurs mais sachez qu’il y a un moment spécial. Quand il faut s’annoncer depuis la rue pour pénétrer dans le journal, et que l’on se retourne pour être sûr qu’un scooter n’approche pas, ou qu’une porte cochère n’abrite pas une main armée ». « L’horrible peur d’être plombé une fois encore est dans de nombreuses têtes », avoue aussi l’auteur.

« J’ai la boule au ventre », confesse un collègue dans le même article. « Quand j’arrive, quand je suis encore sur la rue, j’ai peur. Ceux qui disent qu’ils n’ont pas peur sont des crétins ». « La spontanéité, c’est fini. Fini les potes, fini les bars », poursuit l’un de ceux qui font l’objet d’une sécurité rapprochée. « Quand je vais encore dans l’un d’entre eux, mes policiers sont là. Et il leur arrive de me presser de partir parce qu’ils craignent quelque chose. Chez moi, où je suis connu, des voisins d’extrême gauche ne veulent plus me dire bonjour, car ils ne sont surtout pas Charlie. » Nicolino raconte aussi que lui et ses collègues doivent vivre comme des clandestins, qu’il leur faut constamment anticiper, ne pas prendre l’habitude d’aller au même endroit pour manger, qu’il leur faut cacher l’existence de femmes ou de maris. « Je ne vais jamais à aucun événement public avec mon épouse pour que son visage ne soit jamais associé au lieu » assure-t-il.

Mention est faite également des mesures de sécurité extravagantes prises lorsqu’une pièce tirée du livre posthume de Charb Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes est jouée dans un lieu culturel de province, ou lorsqu’un libraire doit annuler au dernier moment une séance de dédicaces de livres écrits ou dessinés par des Charlie. « Et une fois qu’on est partis, le pauvre libraire se retrouve seul, non ? » s’interroge un dessinateur. Au fil des pages sont également évoqués le flot de menaces qui ressurgissent dès qu’une Une controversée fait le tour des réseaux sociaux, émanant d’anonymes à qui échappe la notion d’humour au second degré, des réseaux sociaux vilipendés dans un article de Jean-Yves Camus intitulé « Portrait-robot d’un fils de tweet » dans lequel l’auteur fustige les incitations au meurtre qui se sont banalisées et ont un point commun : « le vocabulaire réduit au strict minimum, preuve d’un niveau intellectuel issu de deux neurones qui ne connectent pas ».

« Liberté d’expression, combien ça coûte ? »

 

Si tout a changé à Charlie, le rire, malgré tout, reste le moteur de l’équipe, même si l’ironie l’emporte souvent sur la dérision. Cette nouvelle façon particulière de travailler en climat sécuritaire génère en effet certaines scènes assez cocasses ou absurdes : le jour où la planche à dessin achetée par un dessinateur au rayon bricolage d’un grand magasin ne rentre pas dans la voiture de police, ou quand un innocent paquet de cerises fraîchement cueillies déposé sur le paillasson du domicile d’un Charlie subit de la part d’une équipe de déminage le même sort qu’un colis suspect dans un aéroport, entraînant du même coup une explosion fruitée aussi inattendue qu’indélébile. « Est-ce qu’on se marre quand même ? Oui » résume Riss dans un éditorial au ton pourtant beaucoup plus préoccupant et au titre en forme de question lancée aux autorités : « Liberté d’expression, combien ça coûte ? ».

« Nous avions jusqu’alors fait le choix de ne pas étaler sur la place publique les conditions dans lesquelles notre journal devait vivre  », écrit-il. « Trois ans après, il est difficile de rester silencieux sur cette question car, contrairement à ce que nous avions espéré, la situation ne s’est pas améliorée. Au contraire. » Le directeur de Charlie Hebdo insiste en particulier sur un point : le coût exorbitant que doit assumer le journal pour assurer la sécurité des locaux et celle de ceux qui y travaillent. Contrairement aux personnes menacées de mort dont la protection est assurée par l’État, celle du journal est à sa charge, un dispositif évalué par Riss à hauteur de 1 à 1,5 million d’euros par an, soit l’équivalent de 800 000 exemplaires annuels. « Est-il normal, interroge-t-il, pour un journal d’un pays démocratique que plus d’un exemplaire sur deux vendus en kiosque finance la sécurité des locaux et des journalistes qui y travaillent ? ».

Selon Riss, la liberté d’expression « est en train de devenir un produit de luxe ». « On nous rétorquera, reprend-il, que Charlie Hebdo possède une trésorerie importante suite aux ventes exceptionnelles de 2015. C’est vrai [60 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2015, 19,4 millions en 2016 selon BFM Business ; ndlr].C’est pour cette raison que cet argent a été sanctuarisé et affecté exclusivement au fonctionnement du journal car nous en aurons besoin pour garantir sa pérennité dans les années à venir ». « Mais qu’arrivera-t-il à Charlie Hebdo le jour où ces réserves seront épuisées, s’inquiète-t-il, après avoir été dépensées pour la protection des locaux du journal ? ». Fabrice Nicolino va même un peu plus loin en s’adressant directement à Emmanuel Macron qui participera dimanche à une commémoration officielle : « Monsieur le président, écrit-il, est-il bien juste que nous soyons contraints d’acheter ainsi notre vie en payant une police privée ? ».

Esprit es-tu là ?

Une pancarte « Je suis Charlie », à Strasbourg, le 8 janvier 2015.REUTERS/Vincent Kessler

La légitimité de cet appel aux finances de l’État au nom de la liberté d’expression n’est cependant pas forcément partagée par toute la profession. « La loi est ainsi faite et on ne va pas commencer à faire des exceptions sur mesure pour plein de gens »estime Patrick Eveno, le président de l’Observatoire de la déontologie de l’information que nous avons joint au téléphone. « Effectivement, poursuit-il,ça peut paraître d’un certain point de vue immoral mais si on commence à changer la loi, on n’en sort plus. Le problème c’est qu’ils voient que leur système rédactionnel ne marche pas très bien, qu’il y a des bisbilles entre ceux qui possèdent le capital. Luz est partiPatrick Pelloux est parti »« C’est une entreprise, renchérit-il,qui a beaucoup d’argent par rapport à sa petite taille mais qui a un projet rédactionnel qui n’a pas su évoluer depuis trois ans. Évidemment quand on parle de Charlie Hebdo tout devient très compliqué. Mais je crois que ce qui leur pèse surtout, conclut-il, c’est que ça n’est pas une vie pour eux de vivre dans un bunker ».

Si tout a changé à Charlie, que reste-t-il de « l’esprit du 11 janvier », ce mouvement qui rassembla plus de 4 millions de personnes dans les rues des villes de France et attira quarante-quatre dirigeants de divers pays à Paris le dimanche d’après les attentats de Charlie et de l’Hyper Casher de la Porte de Vincennes, au nom de la laïcité et de la liberté d’expression ? Même s’il a tendance à s’éroder – un récent sondage de l’institut IFOP révèle que seulement 61% de Français se sentent encore « Charlie », soit 10% de moins qu’en janvier 2016 – de nombreuses associations et personnalités sont déterminées à entretenir la flamme. En marge des commémorations officielles de dimanche, Toujours Charlie ! De la mémoire au débat, une journée d’hommage et de réflexion, est organisée aux Folies Bergère ce samedi, en présence de nombreuses personnalités et de certains membres de l’équipe de Charlie Hebdo. En présence de certains, mais pas de tous « pour des raisons de sécurité ». On s’en serait, hélas, douté.

RFI

Les commentaires sont fermés.