Modern technology gives us many things.

Les talibans appellent les Américains à « discuter »

 Les talibans afghans ont appelé mardi les Américains à « discuter directement » avec leurs représentants au Qatar, à la veille d’une conférence régionale pour la paix à Kaboul.

C’est la première fois depuis plus de deux ans que les insurgés montrent leur disposition à participer à des pourparlers pour mettre fin au conflit engagé depuis 2001 avec les Etats-Unis, dans la foulée d’une série d’attentats meurtriers visant les civils à Kaboul fin janvier.

« Le bureau politique de l’Emirat islamique d’Afghanistan (appellation officielle du mouvement taliban, NDLR) appelle les responsables américains à discuter directement en vue d’une solution pacifique au problème afghan », écrivent sur leur site web les talibans, qui disposent depuis 2013 d’une représentation à Doha.

Les talibans ont officiellement refusé toute participation à des pourparlers de paix depuis mars 2016, rejetant les offres de dialogue du gouvernement « tant qu’il ne sera pas mis fin à l’occupation étrangère » de l’Afghanistan.

Un plan de paix
Kaboul accueille mercredi la seconde conférence du « Processus de Kaboul », qui réunit les représentants de vingt-cinq de pays de la région, dont l’Inde et le Pakistan, accusé de soutenir les insurgés, ainsi que les Etats-Unis et « trois organisations internationales dont l’ONU », selon le ministère des Affaires étrangères. « Ils vont évoquer les mécanismes de paix et la lutte contre le terrorisme », a indiqué le porte-parole du ministère.

Le président Ashraf Ghani a promis d’annoncer un « plan de paix » à cette occasion.

La première réunion avait eu lieu en juin dernier, sans résultat notable. Les talibans ne font aucune mention de cette conférence, à laquelle il ne participent pas, et proposent de traiter directement avec les Américains, ignorant le gouvernement afghan qu’ils ont toujours traité de « marionnette ». « Si les Américains acceptaient les exigences légitimes du peuple afghan et exprimaient leurs propres demandes et préoccupations par un canal pacifique, cela aiderait à trouver une solution », écrivent-ils.

Près de 20.000 personnes ont déjà quitté leurs habitations depuis le début de l’année à la suite du conflit, ce qui représente 385 personnes déplacées par jour, indiquent mardi dans un rapport les Nations Unies.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.