Modern technology gives us many things.

Somalie: report de la réduction des troupes de l’Amisom

La réduction des troupes de l’Amisom est retardée. Près de 1 000 soldats de la force africaine en Somalie devaient quitter le pays d’ici octobre, mais ils ne partiront pas avant le 28 février prochain a finalement décidé, ce lundi, le Conseil de sécurité de l’ONU. Les Etats membres ont également prolongé le mandat de la mission jusqu’à fin mars et demandé à ce qu’il n’y ait plus de retard dans le calendrier de retrait. A terme, les quelque 20 000 soldats de l’Amisom doivent être partis d’ici décembre 2021 et laisser la place à l’armée somalienne. Ce retard s’explique par la persistance de l’insécurité, mais aussi au fait que les Somaliens semblent tout sauf prêts à prendre le relais.

Le plan de réduction de l’Amisom « n’est pas réaliste », ce sont les mots qu’António Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a adressés au Conseil de sécurité. En cause, notamment, l’impossibilité pour l’armée somalienne de prendre le relais. Composée de 18 000 hommes, l’armée connaît des problèmes de corruption, de ventes d’armes au marché noir. Elle manque aussi de moyens sur le long terme. « Lorsqu’un bataillon est formé, si après quelques mois il n’a plus de munitions ou de nourriture, il se disloque. Les soldats rejoignent alors leurs tribus respectives et forment des milices régionales », explique un diplomate. A ce problème s’ajoute la rupture du partenariat militaire avec les Emirats arabes unis. Abou Dhabi fournissait des formateurs et du matériel à l’armée somalienne. Ils payaient aussi les soldes de 2 400 soldats. « Ça complique encore plus la transition », confie une bonne source. Les Somaliens ont mis en place un calendrier de transition. Avant le passage de relais, ils réclament de meilleurs formations et équipements. Des hélicoptères pour approvisionner les bases et des moyens pour maintenir les positions dans les zones conquises, car le gouvernement le reconnaît la menace shebab va continuer et chaque territoire abandonné risque d’être repris par les terroristes. Premières échéances du plan : la reprise du stade de Mogadiscio par l’armée en octobre, puis le village de Leego, sur la route de Baidoa. Or, pour l’instant, « rien n’a été fait », indique un diplomate.

 

 

Les commentaires sont fermés.