Modern technology gives us many things.

Qui se cache derrière AFO, décidé à mener une guerre de civilisation en France?

Dix personnes liées à l’ultradroite radicale ont été interpellées samedi soir dans toute la France par les services antiterroristes dans le cadre d’une enquête sur un projet d’attaque ciblant des musulmans. Soupçonnés de vouloir passer à l’action, tous font partie d’Action des Forces Opérationnelles (AFO), un groupe clandestin décidé à se faire justice face à la menace islamiste. Le cerveau présumé est un dénommé Guy S., un retraité de la gendarmerie, assesseur pour le Front National lors des dernières élections.

Le coup de filet mené par la police aux quatre coins de la France, de la région parisienne à la Corse, le week-end dernier, a mis en lumière un mystérieux groupuscule, déterminé à mener une “guerre de civilisation” en France.

Au total, dix personnes (neuf hommes et une femme) ont été arrêtées; elles sont âgées de 32 à 69 ans et liées à l’ultra-droite. Toutes gravitent autour d’un groupuscule appelé AFO, Action des Forces Opérationnelles. “Depuis les attentats islamistes de 2015, ils sont persuadés que nous sommes dans un climat qui ne laisse plus de place au combat politique traditionnel qui doit être remplacé par le passage à l’action”, relatait lundi sur BFMTV Jean-Yves Camus, politologue, spécialiste de l’extrême-droite.

“Volontaires pour la France”
“Ce sont des gens qui étaient d’abord dans un premier groupe – Les Volontaires pour la France -“, précise Matthieu Suc, journaliste de Mediapart, au micro d’Europe 1. Un groupe constitué en association légale, insuffisant aux yeux de certains membres. “Certains ont trouvé qu’il fallait passer à des actions violentes et concrètes. À l’automne 2017, ils ont fondé ce groupe totalement clandestin: Action des Forces Opérationnelles”.

Dans ce groupuscule figurent d’anciens membres des forces de l’ordre, des militaires, des gendarmes, des retraités de ces différents corps, voire des personnes issues du monde médical. Aux yeux des spécialistes, leurs projets – discutés lors de réunions secrètes – restent flous, même si des appels à passer à l’acte sont clairement suggérés sur le site internet Guerre de France, où l’on retrouve un onglet intitulé AFO.

Ce portail indique sur sa première page être une “Préparation des citoyens-soldats Français au combat sur le territoire national”. Des techniques militaires ou des conseils pour patrouiller ou faire face à l’islam, “un danger pour la France”, sont distillés.

C’est finalement la menace “d’un projet de passage à l’acte violent, aux contours mal définis à ce stade, ciblant des personnes de confession musulmane”, comme le précisait une source proche de l’enquête à l’AFP, qui a poussé la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) à mener l’opération du week-end dernier.

Imams radicaux, femmes voilées
Selon BFMTV, ils cherchaient à se procurer des armes à feu; lors des perquisitions, des grenades artisanales ont été retrouvées. Des imams radicaux, des détenus islamistes sortant de prison mais aussi des femmes voilées choisies au hasard dans la rue étaient visés, selon TF1-LCI.

Les enquêteurs auraient identifié le cerveau présumé de cette opération:
un certain Guy S., né en 1953, retraité de la police nationale. Selon les témoignages recueillis dans sa commune de Charente-Maritime, cet homme – décrit comme “discret” – avait entrepris, lors des dernières élections, quelques tâches pour le Front National.

Zone de non-France
“Lors des dernières consultations électorales, il était délégué de liste de candidats, donc en surveillance des opérations de vote, en représentation de candidats du Front national. Il contrôlait au nom de ce parti, mais n’était pas candidat”, a expliqué le maire socialiste de Tonnay-Charente, Eric Authiat, sur Europe 1. Mais du côté du Rassemblement National (ex-FN), on déclare tout ignorer de cet homme, “ni adhérent, ni sympathisant”.

“Ces gens, pour ceux qui viennent des forces de sécurité, considèrent qu’ils sont – même à la retraite – chargés de la mission de nettoyage que l’Etat ne fait pas”, souligne pour CNews le politologue Jean-Yves Camus. “Face à ceux qui veulent “imposer l’islam et la charia sur les zones de non-France (ZNF), le groupuscule veut développer une ‘garde territoriale’ aux connaissances militaires précises.”

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.