Palestinian protest icon Ahed Tamimi is in a courtroom at the Ofer military prison near Jerusalem, Tuesday, Feb. 13, 2018. The Israeli military judge overseeing the trial of Palestinian teenager Tamimi has ordered all proceedings to take place behind closed doors. (AP Photo/Ariel Schalit)

Le procès d’une adolescente devenue pour les Palestiniens une icône de l’engagement contre l’occupation israélienne s’est ouvert mardi à huis clos devant un tribunal militaire israélien, a constaté une journaliste de l’AFP.

Ahed Tamimi, 17 ans, a été arrêtée en décembre à la suite d’une vidéo devenue virale la montrant en train de frapper des soldats israéliens dans son village de Nabi Saleh, en Cisjordanie occupée.

Soldats impassibles
Les soldats demeurent impassibles face à ce qui semble relever davantage de la provocation que de la volonté de faire mal. La mère d’Ahed Tamimi, Narimane, et sa cousine Nour apparaissent aussi dans la vidéo et doivent elles aussi être jugées. Mais seule Ahed Tamimi était présente mardi matin devant le tribunal militaire d’Ofer, en Cisjordanie occupée.

La presse bannie du procès
Dès le début de l’audience dans une salle bondée, le juge a ordonné le départ des journalistes mais aussi des diplomates présents, autorisant seulement la famille à rester. Un débat public n’est pas dans l’intérêt de la jeune fille, mineure, a dit le juge.

Figure de la protestation
La vidéo en question a été tournée le 15 décembre dans le village de Nabi Saleh, devant la maison des Tamimi, dans le contexte des protestations palestiniennes alors quasiment quotidiennes contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

7sur7.be

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here