Mako

Mako, une princesse japonaise, petite-fille aînée de l’empereur Akihito du Japon, abandonne son statut royal pour l’amour. Mako est prête à épouser un ancien camarade de classe.

L’Agence de la Maison impériale du Japon, en charge de la communication officielle de la famille de l’Empereur Akihito, a dû confirmer les rumeurs qui couraient depuis un certain temps dans les colonnes des journaux nippons. « Nous avons prévu de programmer l’annonce des fiançailles à un moment opportun. Le jour officiel des fiançailles doit encore être déterminé », a déclaré le patron de l’agence, Shinichiro Yamamoto.
Le couple s’est rencontré y a cinq ans, alors que tous les deux étaient étudiants à l’Université chrétienne internationale à Tokyo.

Il s’agira du premier mariage parmi les quatre petits-enfants de l’empereur Akihito et de l’impératrice Michiko. Pour cela, Mako devra renoncer à ses prétentions au trône de Chrysanthème. En vertu de la loi sur la Maison impériale de 1947, Mako perdra son titre de princesse si elle épouse l’élu de son coeur, rencontré à l’université, en vertu d’une loi controversée qui ne s’applique pas aux hommes. L’empereur Akihito lui-même et ses deux fils ont épousé des roturières qui font maintenant partie de la famille impériale. Les femmes ont très peu de chance d’accéder au trône, les hommes étant toujours privilégiés dans l’ordre de succession.

La dernière à se marier, a été la tante de la princesse Mako, Sayako, la seule fille de l’empereur Akhito, qui a épousé un planificateur de la ville de Yoshiki Kuroda en 2005.

La nouvelle a suscité des inquiétudes au sujet des membres restreints de la famille impériale, qui compte actuellement 19 membres, dont 14 sont des femmes.

Alors que le pays se prépare à vivre la première abdication d’un empereur en 200 ans, cette nouvelle fait ressurgir les inquiétudes sur l’avenir du trône du Chrysanthème et ravivent le débat sur une remise en cause de cette loi afin d’augmenter les chances de voir naître des héritiers masculins.

Six princesses célibataires, autres que Princess mako, perdront leur statut royal si elles épousent des roturiers. Cela a soulevé des inquiétudes selon lesquelles la famille impériale n’aurait pas assez de membres pour continuer à exercer ses fonctions publiques.

Les médias traditionnels japonais ont largement signalé que la princesse a déjà présenté son futur mari à ses parents qui ont approuvé la relation.

Afrikmag

PARTAGER