Modern technology gives us many things.

Prêtre très apprécié, il quitte tout pour se marier et avoir un enfant…

Le père David Gréa n’a jamais rien fait comme tout le monde. Prêtre lyonnais pendant dix ans, il a imposé la “pop louange” dans son église (Lyon-Centre-Sainte-Blandine) avec l’aide du groupe Glorious, qui chante Jésus dans un style frais et moderne. Ultra connecté, désireux de s’adresser aux jeunes et de donner un coup de frais à l’église, il avait aussi fait déplacer les bancs, pour se positionner au centre des fidèles.

En 2017, malgré sa foi et la ferveur de sa paroisse, David Gréa, amoureux, se marie avec Magalie. Il y a six mois, un petit Léon est venu renforcer leur amour.

Devenir père fut, pour lui, “un bonheur incroyable, qui me fait revisiter la notion de père, puisque c’est comme cela que l’on m’appelait avant. Ça me fait comprendre autrement l’Evangile, ça éclaire ma foi”, confie-t-il à France 3. “Mais ce n’était pas ce qui me manquait le plus. Moi, c’était une femme, pas un enfant. Je cherchais vraiment une complice, une alliée. Une fois que l’on a été ensemble, il était évident que l’on a voulu un enfant.”

Dans un livre à paraître demain (“Une vie nouvelle: prêtre, marié, heureux”, Les Arènes), David Gréa raconte qu’il aurait bien voulu rester prêtre tout en étant marié. L’Eglise n’a pas accédé à sa demande. En tombant amoureux, il a perdu “son statut, sa sécurité, son réseau”.

Mais il se dit “heureux”, lui qui savait qu’il ne resterait pas célibataire toute sa vie, tant la solitude était difficile à supporter. “J’étais heureux le jour dans mon ministère et triste le soir dans la solitude”, a-t-il écrit au pape François. Il raconte au journal Le Monde: “Lorsque l’on est au séminaire, on y vit le célibat dans un temps propice à bien le vivre. Ce qu’on veut avant tout, c’est être prêtre. Le célibat, c’est une question qui ne vient qu’en second. Et puis l’Eglise nous promet qu’on aura un don pour nous aider.”

David Gréa estime aujourd’hui qu’on peut “être un bon prêtre en étant marié”. “Il n’y a plus de raison d’imposer le célibat à chacun. Ce n’est plus adapté au monde actuel.”

Aujourd’hui, David Gréa travaille comme “coach” en entreprise. En espérant, un jour, pouvoir célébrer la messe à nouveau

© afp.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.